in ,

2000 boursiers de »trop’’: Coup de froid entre les Ministères des Finances et de l’Enseignement supérieur

Proximo et Proxicash/Système de paiement des bourses/Audit des bourses d'études/Retard dans le paiement des bourses/Paiement des bourses et des aides

Entre le Ministère des Finances et celui de l’Enseignement supérieur, les relations ne sont plus très bonnes depuis quelques moments. Principale cause, un quota de 2000 boursiers qui a grossi le nombre de bénéficiaires. Une situation qu’on juge inadmissible au niveau des Finances.

Car, les argentiers de l’Etat restent convaincus que ces boursiers ont bénéficié d’une faveur du Ministre de l’Enseignement supérieur. Conséquence, les dossiers provenant de ce Ministère ne bénéficient plus de la célérité nécessaire.

Au niveau des Finances également, ce Ministère est suspecté d’essayer de monter certains étudiants acquis à sa cause contre ceux qui n’auraient pas décaissé à temps.

La preuve, un étudiant a failli même être lynché par ses camarades au cours d’une rencontre car il a royalement évité de citer le nom de Mary Teuw Niane parmi ceux qui doivent démissionner.

Une situation qui en dit long sur la nébuleuse qui entoure les bourses. D’ailleurs, l’audit commandité avait détecté la présence de 9571 bénéficiaires non-inscrits dans une école ou faculté.

Jusqu’ici, c’est le silence sur ce dossier alors que sa diligence aurait pu permettre de clarifier la situation et de faire baisser la tension dans l’espace universitaire.

Les Sénégalais souhaitent en effet connaitre les noms de ceux qui ont pu bénéficier de ces bourses représentant plus de 5 milliards de nos francs, et surtout ceux qui les ont aidés à les avoir.

Il est important que les responsabilités soient situées et que les coupables soient connus. Malheureusement, c’est le silence radio non seulement pour ce qui concerne les bourses, mais aussi l’évolution de l’enquête.

Pourtant, une nouvelle sortie des autorités donnant des éclaircissements sur tous ses aspects aurait un effet très bénéfique sur la suite des choses.

A coup sûr, le mode de gestion de ces dossiers, surtout entre Ministères concernés où une certaine rivalité existe, ne fait qu’envenimer la situation.

S’il s’avère que cette guéguerre est antérieure aux évènements survenus à l’Ugb ayant causé la mort de Fallou Sène, elle peut bien expliquer le retard observé dans le payement des bourses.

Et cette situation interpelle particulièrement le Premier ministre chargé de coordonner l’action des ministres. Le problème est de tout faire pour assainir les relations afin d’éviter des situations de blocage de dossiers ou de retard. Pour ce faire, tout doit obéir à une certaine orthodoxie financière de nature à éviter que les dépenses ne gonflent inutilement.

Malheureusement, les besoins de satisfaction de la clientèle politique de la part de nos gouvernants, obstruent souvent toute velléité de transparence.

D’ailleurs, les récentes mesures que sont l’augmentation des bourses des étudiants et la baisse des tickets vont davantage irriter ceux qui sont chargés de gérer les finances, lesquelles font l’objet d’âpres polémiques sur la place publique.

Si en effet l’ancien Premier ministre, Mamadou lamine Loum, soutient qu’il y a des ‘’tensions financières’’, le Ministre du Budget, Birima Mangara, argue au contraire que ‘’notre trésorerie se porte bien’’. Soit ! Mais si l’on continue à en augmenter l’assiette des dépenses, il n’est pas exclu que d’autres types de dysfonctionnements aboutissent à de nouvelles tensions parce que des promesses risquent de ne pas être respectées.

dakarmatin.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Promotion des sciences/Cfee/Privatisation de l’éducation/enfants à besoins éducatifs spécifiques

Ziguinchor : Sensibilisation sur les enfants à besoins éducatifs spécifiques

Environnement

Environnement : L’Ise engagé dans la lutte contre les déchets plastiques