in , ,

“La science et la technologie, indispensables…..” selon le Ministre Burkinabé de l’Enseignement supérieur, Alkassoum Maïga

ministre Burkinabé de l’Enseignement supérieur
La science et la technologie sont indispensables pour tendre vers le développement socio-économique de l’Afrique a affirmé, jeudi à Saly-Portudal (Mbour), le ministre Burkinabé de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’innovation, le professeur Alkassoum Maïga.
“Le développement socio-économique ne peut être possible sans l’appui de la science ou si on n’a pas le paquet technologique qu’il faut pour permettre à ceux qui sont dans l’espace de production et de transformation d’améliorer leurs pratiques” a notamment indiqué M. Maïga.
Le ministre Burkinabé présidait l’ouverture de l’atelier régional de restitution des conclusions de la seconde évaluation des Centres nationaux de spécialisation (CNS) du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), à l’initiative du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF).
“Le rôle fondamental de la science et de la technologie dans l’attente des objectifs de développement a été rappelé et réaffirmé dans la position commune africaine sur le programme de développement pour l’après 2015. C’est ainsi qu’une organisation panafricaine a identifié ces deux éléments comme piliers des priorités de développement de l’Afrique”, a souligné Pr Maïga.
Selon lui, cette orientation a été renforcée au niveau continental par l’adoption de la stratégie de la science, de la technologie et l’innovation pour l’Afrique (STISA 2014-2024) de l’Union africaine (UA).
Au niveau régional, a ajouté le ministre Burkinabé, la politique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en matière de science et technologie (ECOPOST-2012-2022) a été adoptée pour “insuffler une transformation économique structurelle” des pays en vue d’un “développement inclusif” axé sur l’homme.
“Tout comme dans les autres pays de la sous-région, le Plan national de développement économique et social (PNDES) du Burkina Faso considère la recherche et l’innovation comme un des leviers essentiels au développement socio-économique des pays à travers son objectif stratégique de promouvoir la recherche et l’innovation au service de la transformation structurelle de l’économie” a dit Alkassoum Maïga.
“En décidant d’unir leur intelligence, leur valeur et leur force à travers une mutualisation des ressources humaines et financières, nous sommes persuadés que les chercheurs et agents de développement de nos différents pays trouveront des solutions visant l’amélioration de la productivité de notre agriculture” a fait noter le professeur Maïga.

D’après lui, c’est en cela que le Burkina Faso apprécie la responsabilité que lui a confiée la sous-région, en lui donnant le leadership de sa recherche sur les fruits et légumes à travers le Centre national de spécialisation (CNS-FL).

Aussi, s’emploie-t-il à créer toutes les conditions propices à la réussite de cette mission régionale a-t-il ajouté.

aps.sn

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Classement mondial sur la qualité de vie

Dakar parmi les 44 villes d’Afrique au classement mondial sur la qualité de vie

En Afrique, le prix à payer pour surfer sur son téléphone mobile est encore trop souvent exorbiaccès à l'Internet mobile/accès à Internet/Waw télécom

Sénégal : trois nouveaux fournisseurs d’accès à Internet pour assurer la couverture de l’ensemble du territoire