in ,

L’embarras de Paris après la découverte de missiles sur une base d’Haftar en Libye

missiles
(FILES) This file photo taken on June 29, 2019 shows fighters loyal to the internationally-recognised Libyan Government of National Accord (GNA) displaying US-made Javelin anti-tank missile and precision guided munition, which were reportedly confiscated from forces loyal to General Khalifa Haftar in Gharyana. The French defence ministry said on July 10, 2019 that its missiles had been found on a base used by forces loyal to Libya's Khalifa Haftar, but it denied supplying them to the rebels which would be a breach of a UN arms embargo. It said the US-made Javelin missiles found in a camp south of Tripoli had been given to French forces operating in the war-torn country, but were defective and were meant to have been destroyed. / AFP / -

Le ministère des armées, qui confirme l’origine des armes antichars saisies aux mains des forces antigouvernementales libyennes, nie avoir enfreint l’embargo en vigueur dans le pays depuis 2011.

L’affaire relance la controverse sur le rôle de la France en Libye. Le ministère des armées a reconnu, mercredi 10 juillet, que les quatre missiles antichars Javelin de fabrication américaine, découverts fin juin à Gharian, au sud-ouest de Tripoli, sur une base précipitamment désertée par les forces du maréchal Khalifa Haftar, avaient bien été « achetés [par la France] aux Etats-Unis ».

L’information, révélée par le New York Times, contraint Paris, une nouvelle fois, à justifier sa politique en Libye, où sa proximité avec l’Armée nationale libyenne (ANL) de M. Haftar, l’homme fort de la Cyrénaïque (est) parti à l’assaut de Tripoli début avril, se conjugue avec un soutien formel au camp rival du gouvernement d’union national (GAN) du premier ministre, Faïez Sarraj, reconnu par les Nations unies.

Les quatre missiles Javelin – dépourvus de lanceurs – avaient été découverts par les forces loyales au GAN parmi un stock d’armes, dont des drones d’attaque de fabrication chinoise, délaissé le 26 juin par l’ANL de M. Haftar, qui avait dû battre en retraite à la hâte sous le feu d’une attaque surprise. Située à 80 kilomètres au sud-ouest de Tripoli, sur les flancs des monts Néfoussa, la localité de Gharian avait été conquise le 3 avril par Khalifa Haftar, qui en avait fait sa base de projection vers Tripoli où il prétendait combattre les « terroristes » et les « milices ».

« Endommagées et hors d’usage »

L’offensive s’était toutefois enlisée, au point de placer au fil des semaines les forces assaillantes de M. Haftar sur la défensive face aux contre-attaques du GAN siégeant à Tripoli. La perte de Gharian, fin juin, avait constitué un coup dur pour le maréchal, en plus de révéler un arsenal militaire recelant des armes aujourd’hui embarrassantes pour Paris. La Libye est en effet toujours sous le coup d’un embargo sur les livraisons d’armes, en vertu d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies votée le 26 février 2011. Il s’agissait à l’époque de contenir la machine répressive du régime Kadhafi défié par des manifestations d’opposition. Le texte a été depuis reconduit sous réserve de certains aménagements.

Dans sa réaction aux révélations du New York Times sur l’acquisition des missiles Javelin par la France, le ministère des armées explique que « ces armes étaient destinées à l’autoprotection d’un détachement français déployé à des fins de renseignement en matière de contre-terrorisme ». « Endommagées et hors d’usage, ces munitions étaient temporairement stockées dans un local en vue de leur destruction, ajoute le ministère. Elles n’ont pas été transférées à des forces locales. »Et afin de contrer le soupçon d’une violation de l’embargo de l’ONU, le ministère précise : « Détenues par nos forces pour leur propre sécurité, ces armes n’étaient pas concernées par les restrictions d’importation en Libye. Il n’a jamais été question de vendre, ni de céder ni de prêter ces munitions à quiconque en Libye. »

Le communiqué du ministère ne répond que partiellement aux questions : comment et quand ces missiles sont-ils arrivés en Libye ? Ces armes proviennent d’un lot de 260 Javelin acquis en urgence en 2010 auprès des Américains pour les besoins des opérations françaises en Afghanistan. Une partie non utilisée sur ce théâtre a ensuite pris le chemin de la Libye. Etait-ce au moment de l’intervention de l’OTAN contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, ou plus tard ? L’allusion du ministère au caractère « hors d’usage » de ces missiles « endommagés » pourrait laisser entendre que leur arrivée en Libye n’a rien de récent. Mais alors, pourquoi avoir échoué à les détruire, selon un usage fréquent en des circonstances similaires ?

Autre question : au service de quelles factions rivales du conflit libyen le « détachement français » opérait-il ? Selon une source française, les missiles Javelin pourraient avoir équipé une unité française présente dans cette zone de la Tripolitaine au moment de la bataille menée à Syrte contre l’organisation Etat islamique (EI). A l’époque – entre juin et décembre 2016 –, des noyaux de l’EI avaient fui leur bastion assiégé et s’étaient dispersés dans l’Ouest libyen. Si tel est le cas, cela signifierait que le « détachement français » servait alors auprès de forces loyales au GAN de M. Sarraj, qui contrôlait l’essentiel de cette région.

Surveillance

Au moment où la France mettait son expertise « antiterroriste » au service de M. Haftar dans l’Est, elle faisait de même – bien qu’à une moindre échelle – en Tripolitaine aux côtés du GAN. Oussama Al-Juwaili, le chef militaire du GAN pour l’Ouest libyen, avait confirmé au Monde, fin avril, que « des Français » étaient présents à ses côtés « jusqu’au 4 avril », jour de l’attaque de Tripoli par M. Haftar. Mais alors comment expliquer que les missiles se soient retrouvés chez le maréchal ? Selon la même source française, il pourrait ne pas s’agir des mêmes équipes. Le détachement français en possession des Javelin avait bien opéré, selon la source, auprès de Khalifa Haftar.

Enfin, dernière question : si les missiles n’ont pas été « transférés » à quiconque, cela signifie qu’ils n’ont pas cessé d’être sous surveillance. Est-ce à dire que des Français veillaient sur eux jusqu’à la retraite précipitée de M. Haftar de Gharian, fin juin ? Si tel est le cas, il s’agirait de l’aveu qu’il y avait bien des Français à Gharian auprès de M. Haftar, ce que Paris a toujours démenti.

lemonde.fr

Avatar

Written by Fama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pays d’Afrique [3/4: de M à S]

Ce que signifient les noms des pays d’Afrique [3/4: de M à S]

Chargé de l’administration/Responsable de l’exécution des travaux/Chef de Projet de Qualemploi-Spécialiste/Manager Expertise Comptable/Conducteur Travaux Principal Hydraulique/Contrôleur de Gestion International/responsables de la comptabilité /Chargé de développement Outils/Expert International en Infrastructure/Superviseurs Marketing/Maintenance Manager/Chargé de formation Ebola/Responsable du Contrôle de Gestion/Responsable QHSE/Programme Sahel/Stagiaire en Gestion de Projet/Chef du Personnel titulaire d’un Bac+4/Manager Qualité Hygiène Sécurité Environnement/Conseiller de voyage/Chef d’Unité Ouvrage d’Art-Ouvrage en Terre/Tropicasem/Responsable de Poduction Thermoformage/Cabinet pro-pulsion/Chef d’Equipe Service

Recrutement d’un Conducteur Travaux Principal Hydraulique