in ,

Le débat autour d’une monnaie commune en Afrique de l’Ouest se poursuit

monnaie commune en AO/éco future monnaie/Afrique-Franc CFA /F CFA/Inspecteur d'Académie/éco d'Afrique de l'Ouest/fin du franc CFA/Investissements intra-africains/transferts de fonds/L'e-CFA version numérique du FCFA

L’Afrique de l’Ouest scrute toujours l’horizon pour savoir quand elle aura une monnaie commune. Lors d’une conférence virtuelle organisée le 5 novembre, le REAO, le Réseau des entreprises en Afrique de l’Ouest, trois experts et banquiers sont revenus sur le processus en cours du changement du franc CFA pour devenir l’éco. 

En décembre 2019, les présidents ivoirien et français annoncent à Abidjan la décision de créer l’éco pour remplacer le franc CFA, commun à seulement 8 des 15 pays membres de la Cédéao. « La déclaration au nom de l’UEMOA du président Ouattara en décembre 2019 introduit deux changements importants : le changement de nom du franc CFA qui s’appellera éco et puis l’arrêt du compte d’opérations. Avec en revanche immédiatement l’annonce de la continuité du caractère inchangé de trois éléments essentiels : la parité qui restera fixe et qui restera la même, la convertibilité qui sera toujours illimitée et la garantie de la France, qui continuera à être donnée sur ces trois points », explique Paul Derreumaux, économiste et président d’honneur de la Bank of Africa.

Mais le calendrier prévoyant le début de la circulation de cette nouvelle monnaie reste à définir. Ce qui inquiète l’ancien Premier ministre béninois Lionel Zinsou, c’est une petite musique de ceux qui veulent créer plusieurs monnaies nationales. « Le franc CFA c’est la monnaie commune aujourd’hui de 8 pays. La France est en train d’essayer de montrer qu’elle s’éloigne, les chefs d’État y tiennent beaucoup, les opinions publiques aussi, mais avant d’être une monnaie “partagée” avec la France, c’est une monnaie commune à 8 pays, et ça c’est très important », déclare Lionel Zinsou.

Puis l’ancien Premier ministre ajoute : « Ce qui est important c’est de dire qu’il y a une solidarité des réserves de changes. Il y a des pays qui ont une balance des paiements plus dégradée à un moment qu’à un autre et qui peuvent avoir le bénéfice des réserves de changes des autres pays. Structurellement, un pays comme la Côte d’Ivoire a une balance des marchandises très excédentaire ; beaucoup de pays de la zone en auront profité, grâce à cet acte de solidarité dans la gestion de nos réserves de changes pour garantir la convertibilité de notre monnaie. »

« Cibler un certain nombre de pays qui présentent un vrai intérêt »

Les experts aimeraient avoir un calendrier qui n’existe pas aujourd’hui, mais « pas pour une réformette du franc CFA », estiment certains d’entre eux. L’attente d’une monnaie unique risque d’être longue. L’ancien banquier malien, Mabousso Thiam, propose dans un premier temps la création d’une devise commune à 14 des 15 pays de la Cédéao, donc sans le Nigeria.

« Je ne crois pas en une monnaie éco avec le Nigeria. Ce à quoi je crois, c’est qu’il faut cibler un certain nombre de pays qui présentent un vrai intérêt, à commencer par le Ghana, la Sierra Leone, le Libéria, déjà pour tordre le cou à cette histoire d’anglophones et de francophones ; il faut penser à la Guinée, bien entendu à la Gambie et c’est autour de ces pays-là qu’il faut construire une monnaie commune. Je pense qu’à un moment donné il vaut mieux que nous nous organisions entre nous, qu’on laisse le Nigeria s’organiser et lorsque demain ces 2 zones en termes de convergence seront plus ou moins fongibles, on les mettra ensemble », dit-il.

Pour les différents experts, les ressources humaines nécessaires pour gérer une monnaie unique aux 15 pays de la Cédéao existent aujourd’hui, il ne manquerait que la volonté politique pour que les quelque 380 000 habitants de la région aient une monnaie commune.

rfi.fr

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ouvrage Foi réfléchie en Islam/Parution de Au diable vos totems/Foi réfléchie en islam/Enfants de paysans pauvres/National Library/économique et emploi en Afrique/Fantôme de mon âme/recherche scientifique en AO francophone/recherche scientifique en AO/Gestion des risques agricoles/Parlez-vous hip-hop/question scolaire su Sénégal/Usage de la vidéo/entrepreneuriat des jeunes en Afrique francophone/revue sénégalaise d'histoire/Hommage au PR Saliou Mbaye/ouvrage du Pr Abdoulaye SECK/Revue Sciences et Techniques du Langage/URICA/ETHOS/cinquantenaire de l'EBAD/recherche appliquée en économie/Parution du livre du Pr Abdoul KANE/RSE/Cérémonie de dédicace du livre de Ousmane Cissokho

Parution de l’ouvrage du Pr El Hadji Ibrahima Diop « Foi réfléchie en islam – Itinéraires au Sud du Sahara »

Bourse web master réseaux sociaux

Institut SABDARIFA: Bourse d’études en BTS Web master et réseaux sociaux