in

Technologies: Un nano cerveau artificiel dans mon smartphone

nano cerveau artificiel

Des puces miniatures sensorielles imitant le comportement de nos cellules nerveuses biologiques ont été mises au point par des chercheurs français et japonais. L’objectif des scientifiques est de développer un système nerveux artificiel en réseau qui délivrerait à nos robots, nos ordinateurs ou nos smartphones, le sens du toucher, de la vue, de l’odorat ou de l’ouïe.

Les neuroscientifiques expérimentent depuis longtemps des puces informatiques en réseau qui simulent le comportement de nos cellules nerveuses. Ces dispositifs d’intelligence artificielle analysent à la vitesse de l’éclair des montagnes de données. C’est ainsi que fonctionnent les systèmes de reconnaissance visuelle qui sont capables de reconnaître les formes et les détails d’un visage, par exemple. Mais les transistors à base de silicium qui équipent nos ordinateurs ont démontré leurs limites.

Plus les analyses deviennent profondes, plus nos machines consomment une énergie colossale pour vainement s’approcher des performances dont est capable le cerveau humain. Il devenait donc urgent de passer à un autre type de technologie ont estimé des chercheurs français et japonais. Ils avaient mis au point l’an dernier le premier « nano-neurone » artificiel capable de reconnaitre des chiffres de 0 à 9 prononcés de façon aléatoires par différents personnes avec un taux de réussite qui dépassait les 99 %.

Imiter un neurone

Leur petite cellule nerveuse artificielle qui se comporte comme une nano-boussole réagissait aux fluctuations d’un oscillateur magnétique. Chaque variation du champ aimanté engendrait alors un flux électrique imitant les signaux que produit un neurone biologique. La mise au point d’une seule cellule nerveuse artificielle était déjà une prouesse, mais des milliers interagissant entre elles, permettraient de concevoir un système nerveux artificiel en réseau ont depuis expérimentés les chercheurs. Leur prototype imite en quelque sorte les propriétés sensorielles du système nerveux humain.

L’objectif des scientifiques est maintenant de réaliser des puces miniatures et intelligentes basées sur le même principe qui consommeront très peu d’électricité. Cette nouvelle informatique en réseau doterait, nos robots, nos ordinateurs ou nos smartphones, du sens du touché, de la vue et de l’ouïe envisagent les scientifiques qui viennent de publier leurs travaux de recherche dans la revue Nature. Une avancée spectaculaire dans le domaine de l’intelligence artificielle qui avec cette vision moderne du mythe de Frankenstein relance le débat et surtout les fantasmes autour de la création prochaine de machines terriblement perspicaces, capables de rivaliser avec les performances de nos pauvres petits cerveaux humains bien fatigués et menacés d’obsolescence.

rfi.fr

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ingénieur Génie Civil spécialisé en Ouvrages Hydrauliques

Une société de la place recrute un Ingénieur Génie Civil spécialisé en Ouvrages Hydrauliques (maritimes, fluviaux…)

Ingénieur Electrique

Une société de la place recrute un Ingénieur en Électromécanique