in ,

Kaolack : un projet belge veut créer 6000 emplois pour fixer les jeunes

PARERBA-Kaolack/BAD et le BIT
Le Projet d’appui à la réduction de l’émigration rurale dans le bassin arachidier (PARERBA) se fixe pour objectif de créer 6000 emplois décents et durables dans les filières de l’agriculture et de l’agro-industrie, indique un document remis à l’APS.
Le PARERBA qui est un projet financé à hauteur d’environ 12 milliards pour une durée de cinq ans par la coopération belge a démarré vendredi une campagne de sensibilisation de deux jours en direction des jeunes de Kaolack.
A ce propos, des activités d’animation avec des artistes de renom sont prévus ce samedi au terrain Deggo du quartier Ndorong dans le cadre de cette tournée appelée “Tekki Tour” (la tournée de la réussite).
Selon un document remis à la presse, “Tekki Tour” est “une tournée de sensibilisation qui a fait une caravane dans les grands axes de la localité pour une large diffusion des messages du projet et susciter l’intérêt des populations autour des thématiques abordés”.
Cette initiative vise à sensibiliser les jeunes ruraux et leurs familles sur les alternatives durables à l’émigration rurale pour aider entre autres, les candidats à l’émigration à découvrir les ressources exploitables dans leur terroir.
Les défis du projet sont d’informer et de sensibiliser les jeunes sur les nombreuses opportunités économiques que leur offre leur territoire et de les inciter à s’y investir, explique ce document, plaidant pour l’inclusion des jeunes dans les économies rurales.
Dans cette perspective, le PARERBA va appuyer l’aménagement et le réaménagement de 500 ha de terres irriguées pour permettre à ces jeunes d’avoir accès à la terre et à l’eau productive, indique-t-on dans la même source.
“Le dernier défi va dans le sens de la professionnalisation de ces jeunes en mettant sur place un dispositif de proximité pour leur permettre de se former aux pratiques agricoles, dans un contexte spécifique au bassin arachidier. Et les jeunes qui n’ambitionnent pas de s’investir dans l’agriculture pourront avoir accès à des services financiers pour développer leur propre entreprise”, souligne le document.
aps.sn

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

attractivité de la France/bourses Ambassade de France

Appel à candidatures pour le programme de bourses Ambassade de France

DG CICES

DG CICES : “La FIDAK a connu un bon niveau d’organisation”