in , , ,

Programme PARFAO : Accompagnement de 5 projets de solutions innovantes en agro écologie au Sénégal

PARFAO

Co-porté par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), le week-end des solutions du programme PARFAO (Promouvoir l’Agro écologie par la Recherche et la Formation en Afrique de l’Ouest) s’est tenu pendant deux jours, dans les locaux de l’AUF sis Corniche, pour accompagner des projets porteurs de solutions innovantes en agro écologie  au Sénégal.

Pour rappel, en Février 2018 trois ateliers multi acteurs préparatoires sur la pêche artisanale et de l’agro écologie au Sénégal se sont tenus à Dakar et à Saint-Louis. Des ateliers qui ont regroupé 15 acteurs de la communauté scientifique (étudiants, chercheurs) et 15 acteurs du monde socio-économique (agriculteurs, pêcheurs, transformateurs, associations, etc.). Ces rencontres ont finalement permis d’identifier les défis auxquels chaque secteurs fait face dans le but d’esquisser des pistes de solutions.

En partenariat avec les universités et les instituts de recherche à l’image de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, de l’Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA) entres autres, le PARFAO est un programme qui se déroule dans trois Etats à savoir, le Burkina Faso, la Cote d’Ivoire et le Sénégal comme pays pilote et comporte deux composantes, une avec formation et recrutement de dix doctorants qui vont être accompagné pour leurs thèses selon les propos de Mme Joanna Schlesinger , Chargée de valorisation et de l’innovation IRD, en charge du programme PARFAO.

PARFAO


Mme Joanna Schlesinger , Chargée de valorisation et de l’innovation IRD, en charge du programme PARFAO.

Pour la seconde composante du programme, elle concerne plus l’interface entre la science et la société avec comme objectif l’interconnexion entre le monde socio-économique et le monde scientifique afin d’identifier les problématiques sur l’agro écologie et la pêche artisanale et de proposer des solutions. Par ailleurs, elle rappelle que 5 projets ont été sélectionnés et sont coachés et accompagnés pour développer un prototype de solution pendant les six prochains mois.

Pour l’accompagnement des projets dans le cadre du Week-end des solutions PARFAO, les participants, répartis en trois équipes sont coachés par un mentor. L’un de ce dernier, M. Amadou Ndiaye enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis UFR S2ATA, chargé des systèmes d’innovations agricoles affirme l’importance de ces projets par rapport à la nouvelle loi sur l’enseignement supérieur qui demande à l’université de servir la communauté après sa mission d’enseignement et de recherche.

M. Amadou Ndiaye enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis UFR S2ATA, chargé des systèmes d’innovations agricoles

M. Ndiaye salue la démarche de ces projets qui sont élaborés avec tout un ensemble d’acteurs, d’universitaires, de chercheurs, d’agriculteurs, d’artisans, de conseillers et même du personnel administratif et technique. Celui-ci, sur l’efficacité de ce système de mentorat d’avancer que l’ensemble des processus d’accompagnement, de valorisation qui permettent de capitaliser tous les acquis du projet seront pris en compte afin de les concrétiser.

Parmi ces cinq projets sélectionnés que sont (Mise en place d’un système d’alerte et de surveillance dans la nouvelle zone de pêche protégée (ZPP) de Hann – Bel Air, Développement d’un système QR « quid Response » pour améliorer la gestion de la pêcherie de ceinture (Trichiurus lepturus) à Cayar, MySemoir (Mycorhize Semoir), Le semoir 2 en 1 qui permet de semer et d’épandre le biofertilisant (mycorhize) dans le champ, Conception d’une application mobile smartphone d’identification des insectes ravageurs des cultures maraichères, développement d’une unité de compost et methanidation bas coût) celui d’Ahmara doctorant en entomologie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui compte concevoir une application mobile se propose d’aider les agriculteurs à identifier les ravageurs afin d’éviter l’utilisation des méthodes de lutte généralisée qui ont tendance à éliminer d’autres insectes utiles et qui polluent l’environnement. Cet outil à partir d’une photo permet d’identifier les insectes ravageurs.

M. Ahmara doctorant en entomologie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, porteur du projet “Conception d’une application mobile smartphone d’identification des insectes ravageurs des cultures maraichères”.

Le week-end des solutions PARFAO qui pendant deux jours, vendredi 9 et samedi 10 mars 2018 ont regroupé dans les locaux de l’AUF les acteurs du monde universitaire, de la recherche ainsi que ceux du monde socio-économique, permettront sans doute aux participants, avec ses six mois d’accompagnement, de concrétiser leurs projets. Rappelons que la somme de 2.700.000 Fcfa maximum est prévue pour le financement de chaque projet.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Ouverture des concours ENOA, EMS, ENSOA et armée de l'air/concours-2018-2019/deuxième phase des concours 2018

Première phase des concours 2018 au Sénégal : liste des concours ouverts

Sécurité des biens et des personnes

Une société de la place recrute 01 Responsable de la Sécurité des biens et des personnes (H/F)