in ,

Parler dans son sommeil? Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce phénomène

prise de poids/manque de sommeil/Parler dans son sommeil
Tired African American woman sleeping in bed at home

Ce n’est généralement pas grave mais dans certains cas, il faut s’en préoccuper.

SOMMEIL – Si vous avez déjà partagé un lit ou une chambre avec une autre personne, vous avez sûrement déjà entendu quelqu’un parler en dormant. Ou peut-être avez-vous appris que vous le faisiez.

Selon une étude datant de 2010, près de 66% des gens ont déjà parlé dans leur sommeil d’une façon ou d’une autre. Certaines personnes murmurent des paroles incohérentes, d’autres prononcent de fascinants monologues, voire sont capables d’entretenir des conversations complexes.

Même si l’on ne sait pas vraiment pourquoi certains d’entre nous bavardent en roupillant, les professionnels de santé assurent que, dans la majorité des cas, il n’y a pas lieu de s’en inquiéter. Cela dit, parler dans son sommeil peut aussi être un symptôme révélateur d’un trouble plus grave.

Voici ce qu’il faut savoir pour comprendre ce qui arrive à ces dormeurs:

Peu de recherches ont été menées sur ce phénomène

Avant de tenter d’expliquer ce dont il s’agit, il faut savoir que l’on ne connaît globalement que très peu de choses sur ce phénomène, appelé “somniloquie”.

Autrefois classée parmi les parasomnies (une catégorie de troubles du sommeil), la somniloquie ne fait aujourd’hui plus partie de la Classification Internationale des Troubles du Sommeil. Depuis peu, elle est considérée comme normale.

De ce fait, il n’y a pas de demandes de recherches sur le sujet, explique Rafael Pelayo, un spécialiste du sommeil qui travaille au Département de médecine du sommeil de l’hôpital de Stanford en Californie. La somniloquie est donc un champ d’étude peu exploré et le phénomène reste mal compris.

En dormant, nous racontons en général n’importe quoi

Selon la Classification Internationale des Troubles du Sommeil, ce que nous disons en dormant ne reflète ni notre vie éveillée ni nos souvenirs. Même si vous avez eu des problèmes au travail ou vous êtes disputé avec un proche, vous n’en parlerez sans doute pas dans votre sommeil.

C’est très important, car les somniloques ont tendance à dire toutes sortes de choses saugrenues la nuit, dont certaines peuvent être alarmantes ou déconcertantes pour la personne qui partage leur lit. Rafael Pelayo a vu des cas de gens accusés d’infidélité à cause d’une parole prononcée en dormant, comme un prénom, par exemple.

Donc, que ce soit bien clair: ce que vous racontez dans votre sommeil n’a aucune signification profonde.

L’âge auquel vous commencez à parler en dormant n’est pas anodin

C’est sans doute le point le plus important: le moment où vous commencez à parler en dormant compte pour beaucoup dans l’analyse du phénomène.

Si vous avez toujours parlé dans votre sommeil, il n’y a pas lieu de vous inquiéter. En fait, c’est très courant chez les enfants et les adolescents: environ 50% des enfants de 3 à 10 ans babillent en dormant.

“Si vous le faisiez déjà quand vous étiez jeune, n’y attachez aucune importance,” indique Rafael Pelayo. Nul besoin ne vous affoler ni de foncer chez le médecin.

Les gens découvrent souvent qu’ils parlent en dormant vers 20 ou 30 ans, l’âge moyen auquel on commence à partager sa chambre ou son lit avec une autre personne. Cela ne signifie pas forcément qu’ils ne le faisaient pas avant, mais simplement que quelqu’un vient de le remarquer.

En revanche, si vous êtes âgé de 50 ans ou plus, et vous mettez soudain à parler dans votre sommeil de façon récurrente, cela peut être le signe annonciateur d’une maladie comme Parkinson ou d’une démence sénile. Dans cette tranche d’âge, la somniloquie indique un problème au niveau des transmissions neuronales du cerveau, explique le Dr Pelayo.

“Si vous parlez en dormant depuis des années, rien à craindre. Par contre, si c’est nouveau, il faut s’en préoccuper,” insiste le spécialiste.

Bambu Productions via Getty Images

La somniloquie est souvent confondue avec d’autres problèmes de sommeil

La somniloquie diffère d’autres troubles du sommeil. Si vous vous mettez à crier en dormant ou à reproduire dans la réalité ce dont vous êtes en train de rêver, c’est qu’il y a sans doute un problème sous-jacent.

Par exemple, certaines personnes ont des terreurs nocturnes, un terrifiant trouble du sommeil qui se caractérise par des hurlements à glacer le sang et une agitation extrême plutôt que par un simple bavardage. Et si vous gémissez ou grognez la nuit, vous êtes peut-être atteint d’un autre trouble, la catathrénie, voisine de l’apnée du sommeil.

Les personnes qui souffrent d’un syndrome de stress post-traumatique parlent ou hurlent aussi plus fréquemment que la moyenne pendant leur sommeil.

La somniloquie peut également être signe de stress, d’anxiété ou de dépression, selon James Rowley, chef du service de pneumologie, soins intensifs et médecine du sommeil à l’hôpital de Detroit.

Si vous-même ou l’un de vos proches avez l’un ou l’autre de ces problèmes, parlez-en à un spécialiste, car cela pourrait être le symptôme d’une autre maladie nécessitant un traitement.

“Si votre somniloquie s’accompagne de mauvais rêves, de cauchemars récurrents, de ronflements et/ou d’une apnée du sommeil constatée, il est plus prudent d’en parler à votre médecin,” précise le Dr Rowley. “Dans certains cas, vous devrez peut-être subir des examens destinés à étudier votre sommeil, comme une polysomnographie, pour déterminer si vous souffrez bel et bien d’un trouble du sommeil.”

Cela dit, il y a de très fortes chances pour que vous soyez en parfaite santé. “J’insiste sur le fait que pour la grande majorité des gens, la somniloquie ne présente aucun danger,” souligne le spécialiste.

En résumé, parler en dormant n’affecte que rarement celui ou celle qui le fait – c’est surtout très embêtant pour la personne qui partage son lit. Alors, si vous êtes cette personne, investissez dans un générateur de bruits blancs, mettez des boules Quies et rappelez-vous que quoi que votre partenaire puisse raconter dans son sommeil, cela ne veut absolument rien dire.

huffingtonpost.fr

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

concours de la Douane/résultats du concours douane 2019

Résultats définitifs du concours des douanes 2019

aspirine

Voici pourquoi des millions de personnes devraient arrêter de prendre de l’aspirine