in

La BM assure de son engagement à accompagner les PME sénégalaises

PME sénégalaises/économie subsaharienne

La Banque mondiale, par la voix de son spécialiste en charge du secteur privé au Sénégal, Laurent Corthay, a réitéré, jeudi, à Dakar, son engagement à accompagner l’agenda de la croissance et de la compétitivité des PME sénégalaises.

“Des actions sont nécessaires pour permettre aux PME de s’épanouir, de disposer d’une base solide en vue de leur promotion”, a dit M. Corthay, à l’ouverture de la deuxième édition du Forum de la PME sénégalaise.

Les PME sont le poumon de l’économie, a-t-il rappelé. “Au niveau mondial, elles représentent 95% des entreprises et contribuent pour plus de la moitié du PIB mondial et fournissent entre 60 et 70% des emplois globalement”, a détaillé le spécialiste.
Dans un pays comme le Sénégal, a relevé M. Corthay, les PME jouent un rôle “central, puisqu’elles constituent la très vaste majorité des entreprises”.
Et le Sénégal, avec “une croissance dépassant les 6% depuis 2014, se positionne parmi les économies à plus forte croissance du continent”, a-t-il fait valoir.
“Cette performance remarquable a permis la création de nombreux emplois. Cependant, considérant que plus de 300 mille jeunes sénégalais arrivent sur le marché du travail chaque année, le défi de l’emploi reste essentiel”, fait observer ce responsable de la Banque mondiale.
Dans ce contexte, le développement des PME “est seul à même de relever ce défi. Ce sont des acquis clés de l’innovation et ce sont des startups dans l’économie numérique qui jouent un rôle de création. Ainsi, dans un contexte d’innovation technologique, la compétitivité des économies du futur dépendra largement de la révolution numérique”, a souligné Laurent Cathay.
“C’est dans la révolution numérique que l’on retrouve les futurs champions”, a-t-il insisté, soulignant que le Sénégal “dispose de l’un des écosystèmes numériques les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest”.
“C’est un atout sur lequel il faut continuer d’investir, car le numérique a une capacité d’améliorer la compétitivité de tous les autres secteurs-clés”, a-t-il dit, ajoutant : “A cet égard, trois piliers sont essentiels’’, dont l’amélioration de l’environnement des affaires.
“Le deuxième volet est le développement de l’accès au financement, un enjeu majeur pour les PME et les entreprises innovantes. Il s’agit afin de développer les compétences des entrepreneurs à travers la formation, l’incubation”, a poursuivi M. Corthay.
A l’en croire, le Sénégal “dispose de nombreuses structures impliquées à ce niveau, avec une base solide pour continuer de stimuler les champions présents et futurs parmi les PME”
aps.sn

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

polémique raciale

En Afrique du Sud, polémique raciale après la publication d’une photo de classe

putsch

« A défaut de s’en débarrasser par un putsch, les Africains “tuent” leurs dirigeants sur Internet »