in

Pointage Pour Les Enseignants Grévistes : Le Saemss «pas ébranlé» par cette intimidation

Pointage Pour Les Enseignants Grévistes

Les enseignants membres du Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire estiment qu’ils ne sont pas apeurés par les notes envoyées aux chefs d’établissements et chefs de services déconcentrés pour faire pointer les enseignants grévistes. Ce syndicat qui déroule son plan d’actions aujourd’hui, souligne que l’Etat a raté son objectif de les faire fléchir.

Les enseignants affiliés au Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal (Saemss) n’ont pas peur des intimidations de l’Etat qui, selon eux, a sorti une circulaire pour demander aux chefs d’établissements et aux chefs de services déconcentrés de pointer les enseignants qui ne feront pas cours. En conférence de presse, le Secrétaire général du Saemss, Sawrou Sène, dont le syndicat annonce un mouvement d’humeur aujourd’hui par un débrayage et une grève totale, demain mercredi, sur toute l’étendue du territoire, affirme que c’est peine perdue. «Nous avons noté des politiques d’intimidation mises en branle par le ministère de l’Education nationale à travers des notes de service envoyées au chefs d’établissements et aux chefs de services déconcentrés pour faire le pointage des enseignants grévistes. Donc, c’est pour nous préparer aux prochaines ponctions sur les salaires. Que les gouvernants se le tiennent pour dit, s’ils considèrent que la solution pour l’école, c’est de ponctionner les salaires de enseignants, c’est raté. Nous sommes prêts à engager le combat cette année», souligne Sawrou Sène. Qui annonce que l’organisation syndicale qu’il dirige va adresser une correspondance au ministre du Budget et au ministre de l’Economie et des Finances pour leur dire que si le gouvernement en arrive à opérer des ponctions sur les salaires des enseignants, qu’il commence par les membres du directoire de son syndicat.

Le Syndicat autonome de l’enseignement moyen et secondaire (Saemss) affirme que le combat qu’il mène, c’est celui de la restauration de la dignité de l’enseignant et de l’injustice qui frappe le système de rémunération des agents de la fonction publique sénégalaise. C’est pourquoi, à en croire  Sawrou Sène, les enseignants de son syndicat sont déterminés à faire respecter les accords. «Le Saemss fustige les multiples manquements notés dans les secteurs de l’éducation depuis le début de l’année scolaire 2017-2018. Ce qui augure de façon irréversible des lendemains sombres pour le système éducatif. Aujourd’hui, l’Etat du Sénégal peine à payer les indemnités du Bac et du Bfem. Aujourd’hui, le manque d’enseignants est criard dans nos établissements si bien que l’administration fait recours au redéploiement ou à la fusion des classes», fustige-t-il. Sawrou Sène appelle ses camarades enseignants à se mobiliser pour faire face «aux tentatives de négation des droits et acquis des travailleurs en général et des enseignants en particulier».  Les enseignants du Saemss soutiennent que «l’école n’est pas une priorité du gouvernement sénégalais, du moins le personnel enseignant ne constitue pas une préoccupation pour ce gouvernement». M. Sène dit en vouloir pour preuve «la dette qui avoisine les 84 milliards francs Cfa et que l’Etat se glorifie d’avoir épongé 24 milliards en termes de rappels de tous ordres».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

étudiants en sciences infirmières et obstétricales

Après trois ans de formation : Les étudiants en sciences infirmières et obstétricales réclament leur sésame

recrutement de plusieurs profils à la FLSH/La date limite de dépôt pour la sélection en Master était pour le 9 février au momen/FLSH-licences pro/LARHISA

UCAD-FLSH: Séminaire de formation sur la recherche documentaire sur internet