in ,

Un officiel prône ’’l’intégration systématique” du genre dans les programmes numériques

/compétences numériquesSeedstars Dakar/programmes numériques/Entrepreneuriat rapide/CTIC-Dakar/BAD/développement par les startups/AfricInvest/start-up/start-up africaines/Concours d'innovation numérique/Euromena Awards lance le concours des startups africaines/20 starups africaines récompensées par la Banque Mondiale/Top 10 des pays africains
Le secrétaire général du ministère de la Communication, Yoro Mousssa Diallo, préconise “l’intégration systématique” de la dimension genre dans les initiatives publiques portant sur le numérique, en vue de réduire l’écart entre hommes et femmes dans ce domaine.
S’exprimant jeudi à Dakar, lors d’un atelier sur l’audit de la fracture numérique de genre au Sénégal, il a fait observer que la proportion de femmes utilisant Internet est inférieure de 25% à celle des hommes.
Dans les pays les moins avancés, dont font partie 11 pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), “seule 1 femme sur sept utilise Internet”, a souligné le secrétaire général du ministère de la Communications, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique.
“Il est donc crucial de réduire cet écart entre les sexes à travers l’intégration systématique de la dimension genre dans les politiques et programmes numériques”, a indiqué Yoro Moussa Diallo.
Dans cette perspective, a relevé M. Diallo, les Objectifs de développement durable (ODD) “offrent une opportunité historique de mettre un terme et d’inverser la tendance à l’accroissement des inégalités numériques”.
La représentante d’ONU-Femmes au Sénégal, Marie Sabara, a de son côté fait part de l’engagement de l’entité onusienne à appuyer les femmes sénégalaises à “minimiser les risques de décalage numérique et surmonter les barrières qui freinent accès et utilisation des TIC”.
Selon Mme Sabara, “la fracture numérique entre les sexes constituent une opportunité pour s’attaquer aux inégalités de genre, sur la base des technologies numériques utilisées, de l’accès à l’emploi, aux revenus et aux services d’éducation et de santé”.
“Nous sommes tous conscients que les TIC peuvent donner un énorme coup de pouce à l’autonomisation économique, politique et sociale des femmes”, a-t-elle fait valoir.
aps.sn

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.