in ,

Gestion des écosystemes fragiles : L’UCAD coordinatrice d’un projet universitaire intra-africain

Ucad retraite des professeurs

Un projet de mobilité interuniversitaire, financé par l’Union européenne, est coordonné par l’Ucad. D’une durée de 5 ans, les thématiques sont, entre autres, relatives à l’agroforesterie, l’écologie et l’adaptation ; la biodiversité, l’ethnobotanique et la gestion des ressources naturelles.

L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar coordonne un important projet intra-africain. D’une durée de 5 ans, il est financé par l’Union européenne (Ue) pour un montant de 1,4 million d’euros (environ un milliard de FCfa). Le projet sera piloté par le Pr Kandioura Noba du Département de Biologie végétale de la Faculté des Sciences et Techniques, par ailleurs directeur de l’Institut supérieur d’Agriculture et Entrepreneuriat (Isae) de l’Ucad. Ce projet de mobilité interuniversitaire implique 6 universités appartenant aux 3 régions africaines que sont : l’Afrique de l’Ouest (Ucad à Dakar et Abomey Calavi au Bénin), l’Afrique de l’Est (Martyres de l’Ouganda et Makéréré en Ouganda) et le Sud de l’Afrique (Mzuzu du Malawi et Edouard Mondlane du Mozambique).

Au total, indique le coordonnateur, « 40 étudiants seront formés (23 au Master et 11 en Doctorat, et 6 du personnel administratif et technique ». Le projet fournira des bourses pour les programmes complets ainsi que la mobilité à court terme pour les étudiants et le personnel. En plus des 6 universités des 5 pays retenus, il a été demandé, poursuit le le Pr Kandioura Noba, d’impliquer 6 autres pays que sont : le Mali, la Tunisie, Madagascar, la Rdc, le Soudan et le Lesotho, à raison d’un étudiant par pays. C’est dire que le projet doit contribuer « à établir une plateforme régionale d’apprentissage pour la gestion améliorée des écosystèmes fragiles (Fem), internationaliser et harmoniser la formation en Fem, améliorer les compétences du personnel administratif de l’université pour gérer la mobilité, améliorer les compétences de formation du personnel académique des universités ciblées et former des professionnels de haut niveau dans la gestion des Fem ».

Sur le plan individuel, explique-t-il, le projet vise le développement académique et professionnel de l’étudiant, l’amélioration de ses compétences linguistiques et des outils de gestion des Fem, alors qu’à l’échelle institutionnele, il permettra la révision et l’harmonisation des curricula en Fem, le transfert de crédits entre universités (ce qui facilitera la mobilité tant recherchée dans la réforme Lmd) et le renforcement de la qualité et de la visibilité de l’université. Sur le plan continental, il y a l’interculturalité (les étudiants venant de 11 pays), l’échange d’enseignants, l’employabilité, l’apprentissage des langues étrangères, les publications communes, etc.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ANPEJ: offre d'emplois et de stages du mois de mars

ANPEJ: Offre d’emplois et de stages du mois de mars 2018

Recrutement de plusieurs conseillers téléphoniques

Recrutement de plusieurs profils par Terrou bi