in ,

Rapport-Sénégal : La région de Sédhiou championne des «abris provisoires»

abris provisoires/Rapport alternatif de suivi citoyen de la politique éducative
Les inspections de l’éducation et de la formation (IEF) de Bounkiling, Sédhiou, et Goudomp composant l’Inspection d’académie (IA) de Sédhiou (Sud) comptent plus d’abris provisoires servant de salles de cours, selon un rapport alternatif de suivi citoyen de la politique éducative du Sénégal, présenté vendredi à Dakar.

«Par rapport aux régions ciblées (Sédhiou, Kaffrine et Louga), les abris provisoires sont plus présents dans les IEF de Goudomp (282), Bounkiling (235), Sédhiou (182). Le niveau de résorption est très faible», indique le rapport commandité par OSIWA, le Réseau Africain pour la Campagne pour l’Education pour Tous (ANCEFA) et la Coalition des organisations en synergie pour la Défense de l’Education Publique (COSYDEP).

Pour l’Inspection d’académie de Sédhiou, le rapport note un statu quo du nombre d’abris provisoires entre 2013/2014 et 2014/2015 et une baisse de 60 abris entre 2014/2015 et 2015/2016.

«Globalement on note une évolution en dents de scie. Il faut relever une hausse de 01 abri entre 2013/2014 et 2014/2015 et une baisse de 78 abris entre 2014/2015 et 2015/2016», révèle l’enquête, soulignant que durant les dernières années, le constat établit le lien entre les résultats aux examens et la présence massive d’abris dans les écoles car, le quantum horaire est régulièrement agressé ; et les conditions d’études dans certaines localités ne favorisent pas une éducation de qualité.

Pour Louga (Nord), le nombre d’abris provisoires connait une tendance haussière de 5 abris entre 2013/2014 et 2014/2015 et de 16 abris entre 2014/2015 et 2015/2016. Les IEF de Louga et Linguère enregistrent le plus grand nombre d’abris.

Quant à Kaffrine (Centre), l’enquête a révélé une tendance baissière du nombre d’abris provisoires de 04 entre 2013/2014 et 2014/2015 et de 34 entre 2014/2015 et 2015/2016. Les plus grands nombres d’abris sont enregistrés dans les IEF Kaffrine, Koungheul et Malem Hodar.

«Le rapport est un outil d’aide à la décision. Il englobe des données issues d’un travail de terrain mené pendant six mois sur les abris provisoires, la question de la formation des enseignants, le financement de l’éducation et sur l’état civil. Le travail a été coordonné par des personnalités de la société civile, des syndicats, des collectivités locales…», a expliqué Cheikh Mbow, coordonnateur de la Cosydep.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crise scolaire en Afrique/Mirador/Partenariat mondial pour l'éducation/Éducation au Sénégal/Journée de l’enseignant/Loi de finances 2018

Éducation : La Journée de l’enseignant célébrée le 21 décembre

Éducation pour tous

Sénégal: “Éducation pour tous”: un tiers des enfants jamais scolarisés