in ,

Incertitudes sur la rentrée scolaire au Tchad

rentrée scolaire dans le public

Les portes des établissements du secteur public sont restées fermées dans la capitale tchadienne pour la rentrée officielle des classes.

Dans les établissements privés, la rentrée s’est déroulée normalement.

Mais dans le public, la reprise des cours est tributaire de la levée du mouvement de grève des fonctionnaires qui avait déjà perturbé l’année scolaire 2017-2018. Les élèves n’avaient eu que quatre mois et demi de cours, au lieu de neuf mois prévus.

Malgré cette situation, Les administrations de plusieurs établissements publics ont ouvert et continuent de recevoir les inscriptions des élèves.

La reprise des cours reste toujours incertaine. Lundi, le mot d’ordre de grève a été maintenu à la suite d’une assemblée générale des membres de la plateforme syndicale des fonctionnaires, dont les enseignants sont membres.

La grève, débutée en janvier, a été suspendue en mars avant de reprendre fin mai, après le non-respect de l’accord signé entre le gouvernement et les syndicats.

Depuis 2016, le gouvernement a mis en place des mesures d’austérité pour faire face à une crise économique consécutive à la baisse des cours du pétrole. Celles-ci se sont matérialisées par des réductions de salaires chez environ 92.000 fonctionnaires civils .

BBC.COM

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos chers espions en Afrique

« Les présidents africains sont conscients que les services secrets français ne sont pas à leur service »

publication des demandes/Prolongation des demandes d’admission/Orientation Campusen/CAMPUSEN 2018/Réouverture de la plateforme orientation.campusen.sn/plateforme pour les demandes d'aides

Campusen: Publication des demandes d’orientation des nouveaux bacheliers dans les universités publiques