in ,

Retraite des enseignants du supérieur : Un comité technique mis en place

Retraite des enseignants du supérieur

Un comité technique a été mis en place, hier, à l’issue de la rencontre interministérielle sur la question de la retraite des enseignants du supérieur. Ce comité a pour mission d’étudier les propositions qui devront permettre au gouvernement de prendre des décisions sur la retraite, point de revendication centrale du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes).

La mise en place d’un comité technique pour étudier les hypothèses sur la question de la retraite. C’est ce qu’on peut retenir de la rencontre interministérielle sur la question de la retraite des enseignants du supérieur qui s’est tenue hier. Point central des revendications du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes), cette question de la retraite sera ainsi étudiée par ce comité technique qui se réunira cet après-midi pour voir tous les scénarii et toutes les hypothèses qui pourront éclairer une décision. « Le Premier ministre a mis en place un comité technique qui va se réunir cet après-midi. Ce qui est souhaité, c’est d’approcher vers l’objectif, c’est-à-dire définir le montant de pensions ciblées et identifier les parts de cotisations patronales et salariales qui devraient permettre d’avoir cet objectif de retraite qualifiée » a affirmé hier, le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye.

Rendez-vous a été aussi pris pour la semaine prochaine afin examiner les propositions de la commission technique. « D’ici là, on espère régler, dans le conseil des ministres, les différents engagements pris par le gouvernement en matière d’écrêtement, d’élargissement de l’assiette et de l’intégration de l’indemnité spécifique de recherche dans la base de cotisation », a ajouté Seydou Guèye.

Même si la question de la retraite a été le point central de cette rencontre, d’autres questions ont été aussi abordées. Il s’agit du problème de l’indice de traitement des professeurs de troisième échelon qui sont payés à un niveau inférieur parce qu’il y a un tableau de correspondance,  l’écrêtement sur les retenus, la charge hebdomadaire de travail, etc. Pour le porte-parole du gouvernement, il ne s’agissait pas d’une réunion ou de séances de négociations avec les syndicats mais de passer en revue toutes les questions liées  à la revalorisation des conditions de vie des enseignants du supérieur. «C’est dans ce cadre d’ailleurs que plusieurs réformes ont été entreprises dans ce secteur avec une bonne intelligence de travail avec le Saes. Cette dynamique de dialogue nous a permis de régler des questions qui étaient pendantes, de faire passer des réformes importantes comme la réforme des titres qui donne plus de mobilité et qui était très attendue par le monde universitaire. Il y a aussi le projet de décret qui a été adopté et signé, relatif aux chercheurs de l’Ucad. C’est dans cette dynamique de dialogue que les points en discussion ont été la plupart vidés lorsqu’ils étaient simples à traiter », a poursuivi Seydou Guèye.

Selon lui, le Premier ministre a donné instruction aux ministres compétents de préparer le projet de texte concernant l’indice de traitement des professeurs de troisième échelon qu’il faudra soumettre, au prochain conseil des ministres, à la signature du président de la République. «La même démarche est adoptée concernant l’écrêtement. La solution doit procéder d’une modification du code des pensions, dans ses dispositions relatives à l’écrêtement. Préparer aussi le texte qui va donner la base légale à cette orientation. Le troisième point concerne l’élargissement de l’assiette de cotisations où l’indemnité spéciale de recherche et de formation doit être prise en compte dans l’assiette de calcul du taux de cotisation. Cela aussi doit entraîner une modification  du code des pensions. Le projet de loi est disponible. Il sera donc soumis au circuit habituel mais dans de meilleurs délais », a dit Seydou Guèye.

MALICK FALL, SG DU SAES : « IL Y A DES PROPOSITIONS ET DES CHOSES QUI RESTENT À DÉFINIR »
Pour le secrétaire général du Saes, Malick Fall, il y a des propositions et des choses qui restent à être définies. « Nous sommes dans un processus et avons entamé des discussions. Nous osons espérer qu’à la fin de processus, nous pouvons avoir des résultats qui nous permettront d’avoir une année universitaire apaisée », a-t-il avancé. D’après le Sg du Saes, tout dépendra de l’issue de ces discussions. « Nous allons continuer à affiner ce travail et aller vers un consensus. Nous avions un accord avec une retraite décente des enseignants, et nous allons tout faire pour tendre vers cet objectif », a précisé Malick Fall à l’issue de la rencontre.

What do you think?

71 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

bouton Voir image

Google supprime le bouton « Voir image » des résultats de recherche

Ouverture des concours ENOA, EMS, ENSOA et armée de l'air/concours-2018-2019

Ouverture des concours ENOA, EMS, ENSOA et armée de l’air