in ,

Hausse des frais de scolarité pour les étrangers : au Sénégal, «il faudra penser à d’autres destinations»

scolarité pour les étrangers

A Dakar, si la hausse des frais de scolarité en France pour les étrangers inquiète les étudiants, certains y voient l’occasion de limiter la fuite des cerveaux.

«Un étudiant qui est formé à l’étranger et qui revient au pays, c’est un plus. Bien mieux que d’envoyer de l’argent à sa famille par Western Union.» Kémo Touré Junior a 38 ans, il a choisi de rentrer au Sénégal depuis une dizaine d’années après des études à l’Ecole centrale de Paris. Il est aujourd’hui à la tête d’une entreprise spécialisée dans le recrutement sur le continent africain : 150 000 euros de chiffre d’affaires et déjà des bureaux à Dakar et même au Nigeria et à l’île Maurice. En 2000, il a quitté sa petite ville de Ziguinchor, dans le sud du pays, pour un cursus universitaire en France grâce à une bourse d’excellence sénégalaise. «Aujourd’hui je génère des emplois directs, je paie des impôts, j’ai rendu à l’Etat ce qu’il m’a donné.» Comme un retour sur investissement.

Rien qu’en 2018, le gouvernement sénégalais a dépensé 8 millions d’euros pour les bourses versées aux étudiants désireux de partir à l’étranger : 3 000 jeunes, dont les trois quarts choisissent la France. Par affinité culturelle. Mais l’augmentation des frais de scolarité pour les étudiants étrangers annoncée par le gouvernement d’Emmanuel Macron rendra-t-il ce choix encore si naturel ?

Pas si sûr, assure-t-on du côté sénégalais. «Nous mettons déjà beaucoup d’argent dans les bourses. S’il faut multiplier notre budget par deux ou trois pour que nos étudiants puissent toujours choisir la France, il faudra penser à d’autres destinations», dit à Libération le directeur des bourses au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Lassana Konaté. Parmi elles, le Canada par exemple, où des mesures d’exemption permettent aux étudiants sénégalais de payer les mêmes tarifs universitaires que ceux originaires du pays. Ou encore la Chine, plus agressive, qui a offert cette année 75 bourses au Sénégal pour la couverture de cursus d’études entiers, des frais de logement à l’assurance santé.

Débouchés

Dans les milieux universitaires sénégalais, l’annonce du gouvernement français a le mérite de mettre en lumière la nécessité de repenser l’approche éducative. «L’enseignement reçu en France n’est pas toujours conforme à nos réalités économiques», avance le recteur de l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, Ibrahima Thioub, la plus grande du pays. Selon lui, mieux vaut enraciner les étudiants à domicile, investir dans les infrastructures localement, repenser les programmes vers des formations plus courtes et professionnalisantes. «En 2014, 400 élèves étudiaient le persan dans mon université. Que voulez-vous en faire sur le marché du travail sénégalais ?» déplore-t-il.

Des filières sans débouchés et des étudiants toujours autant fascinés par l’appel du large. Les 450 millions d’euros investis par l’Etat sénégalais dans l’enseignement supérieur depuis 2012 – pourtant deux fois plus que la totalité déboursée depuis l’indépendance – n’ont pas encore permis de renverser la vapeur. Le nombre d’étudiants sénégalais qui postulent pour un cursus en France continue d’augmenter. Plus de 14 000 demandes en 2018, dont 3 750 approuvées du sceau «visa étudiant». «On ne peut pas lutter contre la mobilité des cerveaux, mais au moins déployer une politique de rétention des meilleurs», assure-t-on au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Comment ? En créant des prépas sur le sol sénégalais par exemple. Avec, en filigrane, toujours le modèle français…

«Proximité»

Si, côté sénégalais, les réactions officielles à la hausse des frais de scolarité pour les étudiants étrangers sont restées très mesurées, dans les couloirs des ministères, on réfléchit déjà à des alternatives. Des partenariats tissés au cas par cas avec les universités, des prêts étudiants, un quota de bourses de l’Etat français réservé aux élèves sénégalais. «Notre proximité avec la France va bien nous aider à trouver des modalités d’adoucissement», plaisante un fonctionnaire.

Lors de sa visite officielle au Sénégal en février, Emmanuel Macron avait annoncé la création d’une université franco-sénégalaise en banlieue de Dakar. Le projet doit voir le jour dès la rentrée 2019. Une vingtaine de formations pré et post-bac dans les domaines de l’agroalimentaire ou du numérique, et à la clé un double diplôme, français et sénégalais. Chez les premiers concernés, le projet est loin de faire l’unanimité. «C’est dire aux jeunes “on vous a emmené les campus qui se trouvent en France chez vous, donc restez-y”», déplore Aliou Baldé, 24 ans, étudiant en génie civil dans un établissement privé de Dakar. A la place, il réfléchit à un échange à l’université de Louvain, en Belgique. «J’ai aussi de la famille là-bas et elle m’accueillera mieux que la France.»

 

liberation.fr

 

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

accord de pêche

L’accord de pêche entre la Mauritanie et le Sénégal finalisé

Art africain/musee

Art africain : La Côte d’Ivoire demande à Paris la restitution de 148 œuvres

Back to Top

Log in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Forgot password?

Enter your account data and we will send you a link to reset your password.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

Log in

Privacy Policy