in , ,

Innovation technologique : Lamine Thiaw met au point un clavier virtuel avec 7 langues nationales

SenlanEdit

L’enseignant-chercheur Lamine Thiaw a créé un clavier virtuel utilisable dans 7 langues nationales (wolof, pulaar, seereer, mandinka, joola, manjaku et soninké). L’innovation a la vocation d’intégrer plus de Sénégalais dans l’ère du numérique, de valoriser nos langues nationales et d’augmenter le taux d’alphabétisation.

Un coup de pouce pour améliorer le taux d’initiés à l’usage de l’informatique. C’est une nouvelle contribution que le Pr Lamine Thiaw a apporté aux communautés en créant un clavier virtuel.

Les personnes qui savent lire et parler en wolof, pulaar, seereer, mandinka, joola, manjaku et soninké peuvent désormais s’en servir. L’innovation est un clavier spécial intégré avec le clavier virtuel pour les smartphones et les tablettes fonctionnant sous Android. L’usager saisit son texte dans l’espace réservé à l’édition en utilisant le clavier de son appareil ou au besoin le clavier virtuel en intégrant les caractères spécifiques d’une de ces langues. « Une fois la saisie terminée, l’utilisateur peut copier le texte en cliquant sur le bouton « copy » et le coller dans d’autres emplacements. Il peut effacer le texte saisi en cliquant sur le bouton Clr. La figure 3 montre l’utilisation du clavier virtuel », renseigne le professeur titulaire. En élargissant le nombre d’utilisateurs, le spécialiste en Génie électrique donne la chance à une masse de Sénégalais qui n’a pas fréquenté l’école des Blancs d’entrer davantage dans l’ère des nouvelles technologies.

C’est une innovation majeure au Sénégal. Les nouveaux utilisateurs pourront avoir plus accès à l’information et à d’autres contenus numériques. « Aujourd’hui, quelqu’un qui désire travailler avec les langues nationales rencontre beaucoup de difficultés, car plusieurs caractères spéciaux des langues sénégalaises ne figuraient pas dans les claviers des ordinateurs et encore moins dans ceux des tablettes et Smartphones », explique le Pr Thiaw qui enseigne à l’Ecole polytechnique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Ce nouveau clavier peut être utilisé pour l’écriture des documents dans nos langues nationales. Derrière l’initiation à l’usage de l’informatique, le nouveau clavier est un intrant à l’amélioration du taux d’alphabétisation au Sénégal.

C’est l’une des motivations de l’auteur. « Le clavier peut beaucoup aider à alphabétiser les Sénégalais, car il leur permettra d’utiliser l’outil informatique pour saisir des textes dans les langues nationales. Il pourra également aider les formateurs pour la rédaction de documents dans ces langues », argumente-t-il.

Rédaction des documents en langues nationales
Le Pr Lamine Thiaw s’est toujours préoccupé de la valorisation du patrimoine national. Il a déjà intégré un jeu de notre patrimoine dans une application. Comme Cheikh Anta Diop, il défend l’apprentissage et l’acquisition des connaissances dans nos langues nationales. « Nous devons tout faire pour que, dès le bas âge, nos enfants soient scolarisés et instruits dans les langues qu’ils maîtrisent, même s’ils doivent apprendre dans des langues étrangères », prêche l’universitaire.

L’application est disponible pour les systèmes Windows 32 bits, Windows 64 bits, Mac 0S et accessible à partir de Google play store sous le nom : « SenlanEdit ». « Ce clavier est une contribution pour la mise en place d’outils modernes permettant l’apprentissage et l’usage de nos langues dans notre système éducatif. Je pense que le moment où nous devons agir pour produire le savoir dans nos langues, vulgariser les connaissances scientifiques et techniques dans nos langues est venu », avance-t-il.

Pour l’enseignant-chercheur, le meilleur hommage qu’on pourrait rendre au scientifique Cheikh Anta Diop, c’est de poursuivre le combat, afin que les autorités intègrent l’utilisation des langues nationales dans les enseignements. C’est la voie indiquée pour tirer nos pays du sous-développement. « Tout ce qu’il y a à dire sur l’importance et la nécessité d’utiliser les langues nationales a été dit par le Pr Cheikh Anta Diop. Le moment où nous devons agir pour en faire une réalité est venu. C’est le travail des universitaires, des intellectuels, des décideurs politiques, des acteurs de la presse. Bref, de tout le monde », défend le Pr Thiaw.

Les nouvelles technologies ont permis de résoudre plusieurs problèmes dans plusieurs domaines de la vie active et sociale. La révolution numérique est en cours. L’Afrique qui a accusé un retard gagnera à tirer profit de toutes les opportunités pour faire face aux défis de son développement.

lesoleil.sn

What do you think?

42 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recrutement d'un contrôleur de gestion bilingue

Recrutement d’un contrôleur de gestion bilingue

Prix Louis D’Hainaut 2018

Prix Louis D’Hainaut 2018 de la meilleure thèse en technologie éducative : l’Algérie primée, le Mexique et le Sénégal distingués