in ,

Sept ans comme doyen à la Flsh : Le leadership du Professeur Amadou Abdoul Sow salué par ses pairs

le leadership du Professeur Amadou Abdoul Sow salué par ses pairs

Les professeurs de la faculté des lettres et sciences humaines ont eu à magnifier les capacités managériales du professeur Amadou Abdoul Sow, actuel directeur de l’enseignement supérieur qui fut leur doyen de 2010 à 2017. Ces derniers exprimaient , mardi 14 novembre, leur satisfecit en marge d’une cérémonie « sargal », dédiée à leur ex doyen.

Sept ans à la tête de la faculté des lettres et sciences humaines, le professeur Amadou Abdoul Sow, à son départ, a reçu des appréciations de ses pairs. Le corps professoral a saisi l’occasion de la cérémonie « sargal » organisée, mardi 14 novembre, par l’amicale du personnel technique et de service en guise de rendre hommage au doyen sortant et de fêter avec lui son départ, pour  l’honorer. Non sans manquer de souligner la bonne gestion et le leadership du professeur Amadou Abdoul Sow. « Grâce à votre talent de manager, la faculté des lettres et sciences humaines a eu, en sept ans, un autre visage. Cela n’étonne personne parce que ce n’est pas à un peulh qu’on apprend à conduire le troupeau. A la différence que ce n’était pas un troupeau que vous conduisiez, c’étaient des hommes et des femmes », témoigne, sous un ton comique, le Professeur Pierre Sarr, doyen par intérim de la faculté. Qui ajoute: « Chacun avec son tempérament, chacun avec ses coups de gueule, chacun avec sa folie mais malgré cette pluralité de caractère, vous avez pu faire montre d’une qualité de diplomatie, de leader, de rigueur et de générosité pour faire parvenir, ces hommes et ces femmes à l’objectif fixé par le code, de faire de la faculté des lettres et sciences humaines, une faculté d’excellence ».       

Porte parole des chefs de département de la faculté et des professeurs chercheurs, Monsieur Ndiaye précise, pour sa part, que leur ex doyen est un « homme qui apaise » et « qui « réunit ». Du coup, la cérémonie qui lui est dédiée n’est autre qu’une « monnaie qui lui est rendue » pour avoir  organisé durant ses sept ans à la tête de la faculté « des pauses et fêté des enseignants partants ou nouvellement recrutés à la faculté ou à la retraite ». Et de déclarer : « Grace à votre professionnalisme, votre sens de la responsabilité et de votre abnégation au labeur, la faculté des lettres et sciences humaines s’est bien approprié de la reforme du système Lmd (licence, master, doctorat), au point même d’en être félicitée, dire que cette reforme était pour elle un véritable épouvantail. Avec vous la réflexe a pris une véritable vogue, pour ne citer que la vingtaine de thèses d’Etat soutenues sous votre magistère, grâce à votre soutien moral, matériel et financier. Mais aussi le financement de multiples projets de recherches et l’augmentation de publication par la parution régulière des revues, cela n’est pas étranger à nos bons résultats au Cames ces dernières années » dixit le professeur Ma Gueye Ndiaye, chef du département d’arabe.

Selon lui, le courage et la détermination du doyen ont aboutit a des solutions participant à l’apaisement de leur faculté. «Votre détermination et votre courage ont, par ailleurs, beaucoup aidé à dompter  les grés stupides qui plombaient les efforts consentis par les uns et les autres. Toujours décidé à vous battre chaque fois que cela vaille, à livrer bataille, mais prêt à rigoler en camarade si la solution résidait là. Dans ce registre, vous rêviez de nous mettre d’avantage à l’aise avec cet ambitieux projet de construction de bureaux pour les enseignants chercheurs, un projet qui vous tenait à cœur et dont l’exécution est avancée avec aussi la mise en place d’une bibliothèque à leur profit », a-t-il laissé entendre devant une foule composée pour sa majeure partie d’universitaires.

Abondant dans le même sens, le professeur Pape Ndiaye, directeur de l’école polytechnique de Dakar, et représentant du recteur déclare que c’est le lieu de rappeler que la Flsh a été projetée au devant de la scène médiatique avec la nomination du professeur Amadou Abdoul Sow comme doyen en 2010. Sur ce, dit-il, ce sont les résultats positifs qu’il a obtenu qui lui ont promu au poste de directeur de l’enseignement supérieur. « Si le recteur et le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ont soutenu votre nomination à la tête de la DGS, c’est que votre bilan à la tête de la faculté de lettres, sept années durant, ont certainement pesé dans la balance de la décision présidentielle », renseigne t-il.

Pour le professeur Pape Ndiaye, le dévouement, l’engagement et  le leadership d’Amadou Abdoul Sow,  surtout dans la reforme Lmd, ont beaucoup contribué au succès de sa gestion de la faculté ces sept dernières années. «Ces années qui ont vu passer la reforme Lmd, les conflits sociaux des étudiants, c’est-à-dire les étudiants non orientés, les pressions des groupes de ‘’master pour tous’’ ont donc conformé la place de la Flsh au rang des établissements pilotes de notre institution », témoigne t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Migrants vendus comme esclaves en Libye

L’Afrique s’indigne du sort des migrants vendus comme esclaves en Libye

Recrutement de Chargés de Relation Clients

Le cabinet Antares Sarl recrute Un (e) Responsable Ressources Humaines