in , ,

Sommet africain de l’internet : Des participants de 80 pays attendus à Dakar, en avril

4ème révolution industrielle/Développement du numérique/Numérique/innovation numérique en Afrique/Sommet africain de l’Internet/usage des technologies en Afrique/L'Afrique essaie de se défendre pour protéger ses internautes/Sommet africain de l’internet à Dakar

Dakar accueillera le Sommet africain de l’Internet, du 29 avril au 11 mai 2018. Selon Chérif Diallo, directeur des Technologies de l’information et de la communication, des réponses sont attendues à ce sommet, sur toutes les questions sensibles en lien avec Internet. Des participants de plus de 80 pays du monde sont attendus à Dakar.

Le Sommet africain de l’Internet (Sai) de Dakar, du 29 avril au 11 mai 2018, va porter un double enjeu : la formation à travers un renforcement de capacités et l’adoption de politiques sur les services offerts d’Internet. « D’abord, c’est un sommet qui s’adresse aux techniciens d’Internet, précise Dr Chérif Diallo, directeur des Tic. Il y aura la possibilité pour les techniciens informatiques et les ingénieurs de se remettre à niveau sur les technologies utilisées par les infrastructures de l’Internet. La première semaine du Sai sera consacrée aux séminaires de renforcement de capacités ». Il est prévu des points sur la messagerie, le service Dns, la problématique de la sécurité, de la cybersécurité, les problématiques liées à la qualité de service, au routage de l’information. Pour cette première semaine, le Sénégal vise une participation de 500 à 600 étrangers et entre 150 et 200 Sénégalais.

Dr Chérif Diallo lance un appel concernant la participation sénégalaise : « Ce qui est important, c’est la nécessité, pour les techniciens et ingénieurs de l’administration et du secteur privé, de s’inscrire en ligne afin de bénéficier de la semaine de renforcement en capacités. Le coût d’inscription par étudiant est évalué à 700 dollars Us. Ils ne sont pas payés au moment de l’inscription dont la date limite est le 31 décembre 2017. Elle sera gratuite pour au moins 60 Sénégalais ».

Le deuxième enjeu va coïncider avec la deuxième semaine. « Elle est dédiée aux discussions sur les politiques concernant l’adoption de politiques liées à l’utilisation offerte de services internet », renseigne le directeur des Technologies de l’information et de la communication. Ce sont des thématiques qui concernent le Sénégalais lamda : le «Shut down» d’Internet, la neutralité du net, des problématiques de gouvernances d’Internet. Ils ont des conséquences sur la vie quotidienne des Sénégalais comme la problématique des Ott.

67 pays étaient présents à Nairobi lors de la précédente édition du Sommet africain de l’Internet. A Dakar, il y aura des participants asiatiques, français et américains en plus des pays africains. Le Sénégal prévoit de recevoir pas moins de 80 pays. Une grande partie des startups sénégalaises sera représentée soit dans le comité scientifique soit dans celui d’organisation.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

concours africain de plaidoirie/Espace Numérique Ouvert de Thiès/Retard de paiement de bourses

Le CSA de la FLSH nommé coordonnateur adjoint de l’UVS

FIDAK 2017-Distinction

FIDAK 2017 : le Journal Universitaire et la presse distingués par le CICES à l’occasion de cette 26ème édition de la FIDAK