in

L’Afrique affûte son expertise dans le domaine des statistiques agricoles

statistiques agricoles

La Commission économique pour l’Afrique, la Banque Africaine de Développement (BAD) et l’Institut National de Statistique et d’Économie appliquée (INSEA, Maroc) ont donné aujourd’hui le coup d’envoi d’une formation conjointe sur les statistiques agricoles.

A l’heure où l’agriculture contribue à plus de 40% du PIB de l’Afrique et emploie plus de 70% de sa population, et au moment où l’accent est désormais mis sur les Objectifs du Développement Durable et l’intégration continentale à travers l’Agenda 2063, « la statistique est appelée à jouer, plus que par le passé, un rôle crucial comme outil de contrôle et de mesure des progrès accomplis », a déclaré Mme Lilia Hachem Naas, Directrice du Bureau de la CEA en Afrique du Nord.

Pendant une semaine, quelques 70 formateurs, experts et responsables opérant au sein des instituts de statistiques et des ministères de l’Agriculture africains étudieront et partageront leurs expériences en matière de statistiques agricoles, de pêche et aquaculture et d’évaluation des pertes subies après les récoltes.

Une vingtaine de pays africains bénéficient de la formation (Bénin, Burkina, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo Brazzaville, Congo RDC, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée équatoriale, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Sao Tome, Sénégal, Togo et Tunisie).

Organisée par le Centre Africain pour les Statistiques de la CEA en collaboration avec son Bureau pour l’Afrique du Nord, cette rencontre entre dans le cadre du programme de formation de la Stratégie mondiale pour l’amélioration des statistiques agricoles et rurales de l’ONU et vise à faciliter la réalisation des Objectifs de Développement Durable.

Note aux rédacteurs


La Commission Économique pour l’Afrique (www.uneca.org) est l’une des cinq commissions régionales du Conseil Économique et Social de l’ONU (ECOSOC). Ses différents rôles en soutien au développement et à la transformation structurelle du continent comprennent le renforcement de la capacité des pays à produire des statistiques économiques, démographiques, sociales et environnementales à même de faciliter la mise en place de politiques économiques adaptées à leurs besoins. Dans le cadre de la stratégie mondiale pour le renforcement des statistiques agricoles et rurales, la CEA a déployé un vaste programme de formation en statistique agricole.

Créé en 1961 en réponse à une recommandation d’une réunion de statisticiens d’Afrique organisée par la CEA à Rabat en 1960, l’INSEA, à l’origine connu sous l’appellation « Centre de formation des ingénieurs des travaux de la statistique », a été le premier Institut de formation en statistique du continent africain. Doté d’une vocation sous régionale, l’INSEA a formé des statisticiens africains dans diverses filières.

cameroonvoice.com

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Communiqué demande de bourse/manuels pédagogiques/ethno pharmacologie et de la médecine traditionnelle/UVS-Communiqué/Directeur des bourses/formation à l’assurance qualité

Communiqué: L’UVS appelle à la vigilance des étudiants et du personnel détenant des numéros TIGO

Union européenne

Pourquoi l’Union européenne veut-elle renforcer son partenariat avec l’Afrique ?