in ,

Crise scolaire : Quatre syndicats d’enseignants suspendent leur grève

syndicats d’enseignants/Grève dans l'éducation/santé-éducation

Lors d’un point de presse tenu sur la situation de l’école, le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a annoncé que 4 syndicats d’enseignants ont décidé de suspendre leur mot d’ordre de grève. Il a ainsi invité tous les enseignants à rejoindre les classes dès ce lundi, car « le gouvernement ne pourra pas, selon lui, accepter que l’année scolaire puisse être perdue ».

Le ministre de l’Education nationale a fait face à la presse samedi dernier. L’objectif était de faire le point de l’évolution de la crise scolaire et d’annoncer les mesures prises par le gouvernement pour la reprise des enseignements. Serigne Mbaye Thiam a fait savoir qu’après plusieurs jours de discussion avec le G6, 4 syndicats sur les 6 qu’il compte ont informé de leur décision de sursoir au mot d’ordre de grève. Soutenant que, malgré la décision du président de la République de porter l’indemnité de logement de 60.000 FCfa à 85.000 FCfa, le mouvement s’est poursuivi. Le ministre, sur un ton sérieux, a laissé entendre : « L’école sénégalaise se trouve à la croisée des chemins et on arrive à une situation où la perte du quantum scolaire risque de mettre en péril l’année scolaire ».
Poursuivant, il a informé :
« Le gouvernement avait envisagé des mesures constitutionnelles et légales que la situation impose. C’est ainsi que, depuis 72 heures, j’ai personnellement renoué le fil du dialogue avec toutes les organisations syndicales avec lesquelles j’ai eu à parler directement ou indirectement. Cinq parmi elles ont répondu à mon invitation ».

Pour lui, ce fil du dialogue, ponctué par des rencontres de jour comme de nuit, permet d’espérer, aujourd’hui, un début de dénouement de la crise. « Durant ces dernières heures, des évolutions positives ont été notées. A l’heure où je vous parle, nous avons 4 organisations syndicales sur les 6 que constitue le groupe du G6 qui nous ont informé, de façon informelle, de leur décision de suspendre la grève ; décision qu’elles tiennent des délibérations de leur propre base. Ces syndicats sont en train d’harmoniser et d’évaluer à leur niveau pour voir quelle est la conduite à tenir », a expliqué le ministre de l’Education qui n’a pas voulu les citer.

Devant ces évolutions, Serigne Mbaye Thiam a confié que  « le gouvernement salue la posture de ces 4 organisations syndicales ».  « Le chef de l’Etat remercie ces responsables syndicaux et leurs militants pour leur sens de responsabilité et de la mesure et les félicite pour leur courage, parce qu’il faut avoir du courage pour sortir d’une crise », a-t-il ajouté, espérant que la décision de ces 4 syndicats va inspirer les deux autres pour que le mot d’ordre de grève puisse être suspendu et ensuite levé.

Réaménagement de l’année scolaire, reprogrammation des examens et concours
Pour mettre en œuvre les décisions des 4 syndicats qui ont suspendu leur mot d’ordre de grève, le gouvernement a retenu, dès aujourd’hui, 23 avril, à 10 heures, d’entamer une concertation avec les parents d’élèves et les enseignants autour du réaménagement de l’année scolaire. « Nos équipes techniques ont déjà travaillé sur un projet de réaménagement de l’année scolaire et de reprogrammation des examens et concours, mais nous voulons toujours, dans une démarche de concertation, consulter les autres partenaires du système éducatif », a souligné Serigne Mbaye Thiam. Il a aussi révélé que, dès le 24 avril à 16 heures, les syndicats qui ont accepté de suspendre le mouvement de grève et même les autres qui le souhaitent peuvent se retrouver avec l’administration pour commencer la rédaction du protocole d’accord qui va sanctionner l’ensemble des engagements pris par le gouvernement et qui restent intacts.

Les enseignants exhortés à rejoindre
les classes dès aujourd’hui

Le ministre de l’Education nationale a poursuivi que face à cette situation qui a amené le gouvernement à sursoir, pour le moment, aux mesures qui étaient envisagées, les parents d’élèves sont invités à conscientiser leurs enfants pour qu’ils restent en dehors de ce conflit. Aux syndicats n’ayant pas suspendu leur mot d’ordre, il a lancé : « Il arrive un moment où on ne s’adresse plus aux syndicats, mais aux enseignants ; chacun, dans sa responsabilité personnelle, peut mesurer la complexité de la situation et prendre la décision qui convienne. Nous exhortons les enseignants à rejoindre les classes, dès lundi, pour reprendre les cours ».
Serigne Mbaye Thiam a assuré que le gouvernement, par cette décision prise de sursoir aux premières mesures envisagées, privilégie encore la voie du dialogue. Mais, du point de vue de sa responsabilité d’assurer un droit constitutionnel qui est le droit à l’éducation, l’Etat ne pourra pas accepter que l’année scolaire puisse être perdue et qu’on arrive à une année blanche. « Selon les dispositions de notre Constitution, le droit de grève est reconnu. Mais, elle précise que le droit de grève ne peut ni porter atteinte à la liberté du travail ni mettre en péril l’entreprise, a fortiori l’école sénégalaise », a-t-il rappelé.
Pour ceux qui poursuivent le mot d’ordre, le ministre a martelé qu’il n’est pas envisageable d’offrir plus à ces derniers qu’à ceux qui ont décidé de suspendre et que le protocole d’accord, dès que signé, ne pourra plus évoluer.

Impact budgetaire de la decision du président

Une hausse sur l’indemnité de logement de 30 milliards de FCfa par an

Le ministre de l’Education nationale a affirmé aussi que le gouvernement a toujours été ouvert aux négociations et a fait beaucoup d’efforts après 4 rencontres présidées par le Premier ministre et plusieurs ministères sectoriels. Ces réunions ont été ponctuées par des annonces faites par le gouvernement et par le chef de l’Etat lui-même, notamment une hausse de 25 000 FCfa sur l’indemnité de logement. « La revendication nodale des enseignants était relative à l’augmentation substantielle de l’indemnité de logement. Sur cette question, après une hausse de 12 milliards de FCfa par le Premier ministre, enveloppe financière équivalente à une augmentation de 10 000 FCfa par mois, le gouvernement a constamment évolué dans sa proposition pour se terminer avec une promesse du chef de l’Etat de porter l’indemnité de logement de 60 000 à 85 000 FCfa, soit une augmentation de 25 000 FCfa. C’est la plus grande augmentation obtenue en termes d’indemnité de logement depuis que cette dernière a été instituée. Ces 25 000 FCfa représentent près de 42 % d’augmentation et font passer l’enveloppe initialement prévue de 12 milliards à 30 milliards de FCfa par an », a-t-il dit, ajoutant que les autres points n’ont pas été en reste avec des mesures ardues pour faire face aux instances qui concernent l’évolution de la carrière des enseignants. Les rappels ont commencé à être payés et le prêt Dmc pour lequel l’Etat s’était engagé, un montant de près de 4 milliards de FCfa, est viré dans les comptes.

Le Saemss et le Cusems se démarquent

Après l’annonce du ministre de l’Education nationale de la levée du mot d’ordre de grève de 4 syndicats sur les 6 du G6, le Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal (Saemss) et le Cadre unitaire des syndicats des enseignants du moyen secondaire (Cusems) se sont démarqués. Sawrou Sène, secrétaire général du Saemss que nous avons joint au téléphone, a asséné que le syndicat qu’il dirige n’est pas concerné par cette suspension du mot d’ordre de grève. « Conformément à l’avis de la Commission administrative, tenue le 7 avril dernier, on poursuit la lutte pour la revalorisation de l’indemnité de logement », a-t-il expliqué, rappelant qu’ils demandent au moins 100 000 FCfa d’indemnité de logement. M. Sène dit respecter la décision des autres syndicats et a constaté que seuls les enseignants du moyen secondaire poursuivent maintenant le combat ; ce qui confirme le niveau salarial bas de ces derniers par rapport à leur diplôme.

Abdoulaye Ndoye du Cusems suis cette même logique. Les quatre autres syndicats qui composent le G6 sont le Sels, le Sels Authentique, l’Uden et le Snelas/Fc, tous de l’élémentaire.

lesoleiL.sn

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

techniciens des centres de formation/Sénégal-Japon/Résultats concours CFPT 2016/Concours CFPT et LTID 2017/Concours CFPT maintenance des engins lourds 2017

Production d’énergie : Deux Sénégalais sur le point de créer un champ magnétique avec des matériaux recyclés

France-Enseignement supérieur/classement de Shangaï/travail au noir/coût élevé des études supérieures/Enseignement sup/Camille Peugny/master sans redoubler/Du « savoir-faire » au « savoir-être », les étudiants d’aujourd’hui cherchent leur voie autant qu’ils veulent faire entendre leur voix./Demande d’admission/Université/comment passer une bonne année scolaire/études supérieures pour vivre /réorientation des étudiants désorientésplus longtemps/Faire un baccalauréat scientifique/Gouvernement dévoile les nouvelles modalités d'entrée à la fac/Échec à l'université

« C’est à l’université qu’on peut œuvrer pour la réussite de tous » selon Camille Peugny Maître de conférences à l’université Paris-VIII