in ,

Selon une étude parue dans « The Lancet », être opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs

Taux de mortalité
Surgeons specialized in maxillofacial reconstructive surgery perform surgery on a person suffering from the Noma disease, at the Rochelle private clinic in Abidjan on October 14, 2017. Noma gets its name from the Greek word nomein, "to devour," and is a bacterial disease that kills nine out of 10 patients, according to the World Health Organization (WHO). The disease occurs mainly in young children with weak immune systems and destroys the mucous membranes of the mouth and other tissues, causing survivors to be severely disfigured, often with gaping holes in their faces. / AFP PHOTO / Sia KAMBOU

Une étude parue dans « The Lancet » pointe le mauvais suivi postopératoire et les complications fatales qui touchent un patient sur cinq.

Le taux de mortalité lors des opérations chirurgicales est deux fois plus élevé en Afrique qu’en moyenne dans le monde, ont affirmé, mercredi 4 janvier, des chercheurs dans une étude mettant au jour un fléau rarement discuté.

En théorie, la mortalité pourrait être moins élevée sur ce continent qu’ailleurs. Les patients y sont en effet plus jeunes et y subissent des interventions moins lourdes.

Mais, d’après les auteurs de cette étude parue dans la revue médicale The Lancet, « près d’un patient sur cinq en Afrique a des complications après une opération ».

Et là où existent des chiffres comparables, à savoir dans la chirurgie non urgente, la mortalité atteint 1 % sur le continent, contre 0,5 % dans le monde. L’étude est décrite comme la plus vaste et la plus fouillée sur la chirurgie africaine.

Elle a réuni plus de 30 chercheurs qui ont rassemblé les données de 247 hôpitaux dans 25 pays du continent, de l’Algérie à l’Afrique du Sud en passant par le Sénégal et les deux Congos. Ont été suivis les dossiers de 10 885 patients, dont un tiers a subi une césarienne.

Tueur silencieux

L’étude montre « qu’une pénurie de main-d’œuvre et de ressources aboutit à une chirurgie moins sûre dans la région. Pour améliorer ces résultats, elle appelle à une amélioration de la surveillance des patients pendant et juste après leur opération », a souligné The Lancet.

Au total, 18,2 % de ceux-ci ont connu des complications, et parmi eux presque 10 % en sont morts. Pourtant, quatre patients sur cinq étaient considérés à risque faible, sachant leur jeune âge et leur bon état de santé.

« Beaucoup de vies pourraient être sauvées par un suivi efficace des patients (…) Le résultat des opérations restera mauvais tant que le problème du manque de ressources ne sera pas réglé », a affirmé le principal auteur, le Sud-Africain Bruce Biccard, de l’hôpital Groote Schuur au Cap.

D’autres experts se sont dits encore plus inquiets face à d’autres chiffres, exposant le besoin criant de chirurgie sur le continent. L’Afrique ne connaît « que » 212 opérations pour 100 000 habitants par an, soit « 20 fois moins » que nécessaire pour couvrir les besoins vitaux d’une population, ont relevé trois chercheurs.

Le continent compte 0,7 spécialiste de la chirurgie (chirurgiens, obstétriciens et anesthésistes) pour 100 000 habitants, loin des 20 à 40 recommandés par l’OMS. Si les patients meurent trop souvent, « l’absence de chirurgie en Afrique représente un tueur silencieux qui fait probablement plus de victimes », ont déploré les chercheurs.

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Recrutement de jeunes pour une formation de certificat spécialisé

Recrutement de jeunes en masse pour un programme de sensibilisation

Fac de Médecine/Recrutement d'assistant en médecine du travail/Cinquantenaire de l'Institut d’Odontologie et de Stomatologie/Recrutement d'un assistant en Médecine Interne

UCAD: La Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie dans une dynamique de “pôle de référence”