in

Les titulaires d’un baccalauréat ancien ne pourront pas s’inscrire à l’université

titulaires d’un baccalauréat

Contrairement à ce qui a été publié sur les réseaux sociaux, le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a nié catégoriquement, mercredi 5 septembre 2018 la publication d’une circulaire autorisant les titulaires d’un baccalauréat ancien de s’inscrire aux universités.

La réaction du ministère intervient après les informations publiées par un certain nombre de supports médiatiques selon lesquelles « le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a, en vertu d’une circulaire généralisée sur toutes les universités, autorisé les titulaires d’un baccalauréat ancien de s’inscrire aux universités sans aucune difficulté, en présentant les documents nécessaires avant l’expiration du délai légal ».

Dans un communiqué, le ministère affirme que « compte tenu du fait que l’accès à l’éducation constitue un droit constitutionnel », les universités et dans le cadre de leur autonomie pédagogique, réservent chaque année un nombre de sièges aux titulaires d’un baccalauréat datant de l’année avant afin de ne pas les priver de leur droit de poursuivre les études.

Le ministre a souligné par ailleurs que la priorité d’inscription aux universités est donnée aux nouveaux bacheliers, et ce en fonction de leurs capacités d’accueil et de l’encadrement pédagogique disponible.

lobservateur.info

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Education-Guinée

Education-Guinée : le CNJFG lance une collecte de fonds pour l’achat de 5 000 sacs solaires

besoins de l’Afrique/pays africains

23 sur les 54 pays africains (43 %) fortement corrompus