in

Université africaine : «Une usine à fabriquer des chômeurs» ?

Université africaine

Convaincu de ce qu’une réforme de l’université africaine est nécessaire, alors que le chômage des jeunes s’accentue dans plusieurs pays du continent, Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD), a jugé, hier en Corée du sud, que «dans sa forme actuelle, l’université africaine est une usine à fabriquer des chômeurs».

Akinwumi Adesina en est convaincu : «Ce ne sont pas les matières premières qui permettront à l’Afrique de se développer. Ce sera plutôt l’industrialisation du continent. Et pour réussir cette industrialisation, l’Afrique a besoin de ressources humaines de qualité.»

Prononcé, lundi 22 mai, à l’ouverture des 53e Assemblées annuelles de la BAD, à Busan en Corée du sud, le plaidoyer du président de cette institution bancaire était plutôt critique à l’encontre du modèle d’enseignement dans les universités africaines. L’université africaine, a-t-il jugé, ne colle plus aux réalités du moment, et est loin de répondre au projet d’industrialisation du continent. Pour le patron de la BAD, «dans sa forme actuelle, l’université africaine est une usine à fabriquer des chômeurs».

Convaincu de ce qu’une réforme de l’université africaine est désormais plus que nécessaire, Akinwumi Adesina a exhorté les dirigeants du continent à «sortir d’une université africaine qui forme des chômeurs pour aller vers des institutions universitaires d’où sortent des cadres avec des profils en adéquation avec les besoins de nos économies». Il en va de la victoire des pays sur la pauvreté, alors que «l’effondrement récent des cours des matières premières a mis en évidence la vulnérabilité des économies africaines (qui) a surtout aggravé la pauvreté sur le continent».

Pour le président de la BAD, «l’avenir de l’Afrique passe par une industrialisation accélérée. Une industrialisation qui passe nécessairement par des cadres bien formés». Et si la Corée a été choisie pour abriter du 21 au 25 mai ces 53e Assemblées annuelles de la Banque, c’est que Akinwumi Adesina se la présente comme un modèle, dont il convient de s’inspirer. A l’image des autres continents, à l’instar de l’Asie, le président de la BAD a donc invité les dirigeants du continent à «faire de l’Afrique un hub mondial du savoir». «Nous avons besoin que notre continent réussisse la 4e révolution industrielle. Ce qui suppose que nous investissions dans les hautes technologies, dans l’intelligence artificielle ainsi que l’informatique de pointe», a-t-il expliqué.

Souhaitant contribuer à l’industrialisation de l’Afrique, la BAD s’est engagée ce même 21 mai à Busan à investir 35 milliards de dollars dans les dix prochaines années afin de permettre au continent de répondre à l’arrivée d’environ 580 millions de jeunes Africains sur le marché de l’emploi d’ici à 2050. Pour Akinwumi Adesina, l’industrialisation de l’Afrique «n’est pas un choix, c’est notre seule voie de salut».

gabonreview.com

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Grève illimitée des étudiants reconduite à l'UGBL

Rencontre au palais : la CESL confirme et s’explique

Pacification de l’espace universitaire/tirailleurs/Réformes de l’Enseignement supérieur/Rencontre entre Macky Sall et les étudiants

Macky Sall confirme le ministre de l’Enseignement supérieur devant les étudiants