in ,

Des chercheurs de l’Université de Gand développent le stockage de données sous forme de poudre

Université de Gand

Des chercheurs de l’université de Gand ont développé une manière de sauvegarder des informations et données sous forme de poudre, afin de remplacer à terme des méthodes de sauvegarde telles que les clés USB notamment. Le résultat de leur travail a été publié dans la revue Nature Communications.

Des chercheurs en chimie, biochimie et informatique se sont associés afin de mettre au point une nouvelle manière de stocker les données. Ils se sont inspirés de la nature, où les informations génétiques sont stockées dans l’ADN. Dans la même idée, les scientifiques ont développé un processus chimique via lequel une information, comme un court texte ou un QR-code, peut être stockée sous forme de poudre.

Ces informations peuvent ensuite être lues grâce à une méthode d’analyse biochimique, qui permet de relier directement les molécules à un site web, un plan de ville ou encore une application. L’objectif à terme serait que cette méthode puisse sauvegarder la même quantité de données qu’une clé USB.

L’un des avantages de ce processus est qu’il ne nécessite pas l’emploi de quantités importantes de métaux lourds, au contraire des clés USB. Il est aussi moins énergivore.

lesoir.be

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commande publique

Plus de 40 pays africains créent un réseau unique en matière de commande publique sur le continent

ensa de Thiès

Thiès : Un scandale financier éclabousse l’Ensa