in

« Chers étudiants armez-vous mais que cette arme soit la science et non la violence »

étudiant
Focused millennial african american student in glasses making notes writing down information from book in cafe preparing for test or exam, young serious black man studying or working in coffee house

Temple du savoir, l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) fait face, depuis quelques années, à des scènes de violence engendrant des fois de lourdes conséquences. Si ces situations sont à l’origine de perturbations dans le calendrier universitaire, elles sont à l’origine également de conséquences plus graves comme la perte en vies humaines à l’instar des étudiants Balla Gaye, Bassirou Faye et Fallou Sène.

Les cas de violence sont récurrents dans nos universités à l’UCAD particulièrement et surtout du côté des étudiants notamment lors des élections des amicales. Ces étudiants armés de machettes, de gourdins, de sabres, etc. sont prêts à se « tuer » pour le contrôle de ces organisations représentatives des questions pédagogiques et sociales des étudiants.

Le tableau très sombre de ces évènements avait occasionné en 2017 la suspension par l’Assemblée de l’université, de l’amicale de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) et de celle de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG). A cela s’ajoutent des cas de violence opposant très souvent forces de l’ordre et étudiants réclamant le paiement des bourses d’études ou de meilleures conditions socio-pédagogiques.

Si les scènes de violence entre étudiants se font rare depuis un certain temps dans les espaces universitaires, la récente découverte du personnel de sécurité du Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (COUD) d’un important arsenal d’armes blanches dans les chambres universitaires inquiète en ce moment et suscite une très grande réflexion notamment en ce qui concerne la question de la sécurité dans ce temple censé être un lieu d’apprentissages, de sciences, de réflexion, de partage de connaissance, etc.

« Formez-vous, armez-vous de sciences jusqu’aux dents (…) et arrachez votre patrimoine culturel. » ces paroles de l’Anthropologue sénégalais et non moins parrain de l’UCAD, le Professeur Cheikh Anta Diop restent plus que d’actualité et interpellent les acteurs des universités du pays, les étudiants en particulier sur l’objectif essentiel de leur présence dans ces temples du savoir, qui est la quête de la science.

Avatar

Written by Fama

Universités-Canada

Universités-Canada : des étudiants en colère face à la hausse des frais de scolarité

Le Réseau mondial des enseignants soutient l’utilisation des ressources éducatives libres pour combattre le COVID-19