in , , ,

Retrait du diplôme de baccalauréat : les bacheliers parlent d’escroquerie

Office du bac retrait du diplôme de baccalauréat - attestation spéciale Fuites au bac 2017

S’il est une situation qui fruste plus d’un bachelier, c’est bien celle de l’attente liée au retrait des diplômes du baccalauréat. En effet, qu’il s’agisse de nouveaux ou d’anciens bacheliers, tous les récipiendaires se voient obligés de patienter, parfois très longuement, pour entrer en possession de leur parchemin. Par conséquent, alors que les diplômés récusent la longue durée d’attente pour le retrait du diplôme de baccalauréat, du côté de l’Office du bac les autorités tentent d’expliquer la situation par des lenteurs administratives.

Un casse-tête continu lié au retrait du diplôme de baccalauréat

Si leur fait de recevoir un diplôme procure de la joie et de l’estime, les titulaires du bacheliers devront attendre pendant longtemps pour éprouver ce bonheur. La raison n’est pas chercher loin, elle réside dans la longue durée d’attente pour la délivrance. Il existe beaucoup de personnes qui fustigent cette situation hanidcapante à plus d’un titre. Si pour certains l’attente n’a duré qu’une année, pour d’autres elle est beaucoup plus persistante. En effet, il n’est rare de rencontrer des personnes dont les diplômes de bac sont vieux de plusieurs années. Or, ils ne sont toujours pas en possession de leurs diplômes. Les plus coriaces n’hésitent pas en revendiquer auprès de qui de droit. Mais plusieurs d’entr eux semblent avoir renoncé définitivement à récupérer leurs parchemins. Dans l’un comme dans l’autre cas, le sentiment le mieux partagé est identique : la situation est inconvenante. Celle-ci dest d’autant plus insoutenable qu’elle est marquée d’incompréhensions difficiles à vivre.

[irp posts=”20821″ name=”Offre de bourses de formation dans les Universités privées”]

Les lourdeurs administratives au banc des accusés

Mais du côté de lOffice du bac, la situation semble bien claire. Du coup, certains agents l’expliquent par des lenteurs administratives. En particulier, il s’agit de retard provoqué par un certain nombre de signatures que le diplôme doit subir avant d’être délivré à son titulaire. Mais là aussi des questions subsistent. Il convient effectivement de se questionner sur les responsabilités relatives aux signatures. Il est aussi utile de se poser des questions sur les traitement des dossiers. En s’abstinant de mener une telle réflexion, il ne faudra pas s’étonner de voir les dossiers de demande de diplômes s’accumuler au fil des ans. Cependant, la solution que l’Office du bac propose actuellement est celle reposant sur la délivrance d’attestations spéciales.

Office du bac : des attestations spéciales pour gérer les urgences

  • De quoi s’agit-il au fait ?

L’attestation spéciale est devenue par la force des choses la pièce la plus populaire auprès des titulaires du baccalauréat. Pour cause, ce papier est servi par l’Office du bac à toutes les personnes n’ayant pas encore reçu leur diplôme et qui souhaitent constituer un quelconque dossier. Mais en réalité, le problème est moins l’attestation que la procédure et les conditions de sa production.

[irp posts=”20783″ name=”Recrutement BAD : 6 postes à pourvoir à la Banque Africaine de Développement”]

  • Prêt à passer à la caisse ?

En effet, pour bénéficier de l’attestation spéciale, les bacheliers doivent non seulement en faire la demande mais aussi débourser de l’argent. La somme à payer à l’occasion est variable en fonction de la localité de délivrance de la pièce. En clair, l’Office du bac envoie l’attestation demandée directement à la structure qui l’exige au bachelier. Les sommes versées par le demandeur servent alors à payer les frais postaux. Or, selon que l’envoi se fait à Dakar ou vers sa banlieue, les frais varient entre 1 000 et 1 800 fcfa. En outre, l’Office du bac explique que l’argent reçu ne lui revient pas intégralement. Cet argent sert plutôt à honorer des frais de production de l’atteste (papier, encre notamment) et à payer ensuite la poste qui se charge de l’acheminement. Mais il semble que les bacheliers ne l’entendent pas de celte oreille. Ils parlent d’escroquerie manifeste, orchestrée de façon volontaire par l’administration.

Des accusations d’escroquerie à profusion

Quel que soit le responsable, il existe une constante dans la situation qui prévaut actuellement autour du retrait du diplôme de baccalauréat au Sénégal : les titulaires de ce premier diplôme de l’enseignement supérieur restent très remontés contre l’Office du bac. Même si les explications fournies par l’Office paraissent cohérentes, elles ne semblent guère satisfaire les titulaires du bac. Selon ces derniers, l’Office du bac devrait leur épargner le paiement de l’attestation spéciale. A défaut de cela, l’Office devrait les taxer juste une fois. Mais c’est tout le contraire qui se passe aujourd’hui. En effet, le paiement de l’attestation spéciale est requis autant de fois que les bacheliers en effectuent la demande. Pour d’autres, en revanche, la solution ne peut résider dans la délivrance d’attestation spéciale. Ils expriment clairement leur souhait d’obtenir une solution durable.

[irp posts=”19801″ name=”Infos pratiques : Sans expérience professionnelle, comment rédiger un CV compétitif ?”]

Réflexions en vue d’une solution durable

Quoi qu’il en soit, il convient de rappeler que la situation analysée n’a pas toujours prévalu à l’Office du bac. En effet, il fut des années où la délivrance du diplôme se faisait de façon un peu plus rapide. Par conséquent, les raisons de l’enlisement décrié sont à chercher dans les changements intervenus récemment au sein des institutions au sein dequelles transite le diplôme de bac. Quels sont les points de passage de ce diplôme entre l’Office et le Rectorat ? Comment se définissent les prérogatives propres aux différentes institutions responsables de la gestion ? Quelles sont les mesures à prendre pour limiter les délais d’attente et soulager les ayant-droits ? Voilà en fait autant de questions sur lesquelles il semble utile de réfléchir lucidement pour trouver une solution au problème de retrait du diplôme de baccalauréat. Mais en attendant que les autorités daignent franchir ce pas, les bacheliers continuent de ruminer leur colère. Avec, bien entendu, des vociférations et des accusations d’escroquerie adressée à une administration qui semble, jusque-là, imperturbable.

One Comment

Leave a Reply
  1. Effectivement c’est une escroquerie orchestrée par toute une bande de l’administration. Ils disent après 2 ans, le titulaire peut déposer et retirer son diplôme. Ils se remplissent leurs poches avec l’argent du cocontribuable car toute la somme qu’ils encaissent durant les concours ne peut pas etre depenser pour des trucs d’envoi d’attestation.
    Ce qui fait plus mal encore c’est qu’il y a des gens qui obtiennent leur bac apres toi et qui récupèrent leur parchemin avant toi parce que tout simplement ils ont une main invisible ou un collaborateur dans le service. C’est pourquoi ce pays restera toujours dans le sous développement tant k les autorités eux mêmes ne changent de comportement en étant responsables et que les gens changent de mentalités et aient un savoir vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recrutement d'un stagiaire

Résultats concours BTS électricité d’installation industrielle 2016

PICG/Appel à candidatures/recrutement de doctorants en agroécologie/Appel à candidature au Prix Christophe Mérieux 2018/Recrutement assistant de recherche en linguistique africaine/Appel à candidatures pour l’élaboration d’un plan stratégique de l’IPDSR

Appel à candidatures pour le programme d’étudiants-convention de Post-Graduation