in

Éducation : l’Unesco souligne la baisse de performances d’apprentissage

Unesco/retrait des Etats-Unis et d’Israël de l'UNESCO/Rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'UNESCO

Le faible taux de scolarisation des enfants et des jeunes dans le monde a été dévoilé, le 25 janvier, dans le rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017-2018, sur le thème « Rendre des comptes en matière d’éducation : tenir nos engagements », présenté par le Pr Samuel Maweté, de la chaire Unesco.

 Le Pr Samuel Maweté a indiqué que plus de deux cents millions d’enfants et jeunes sont analphabètes. Le constat a montré également la sous-performance d’apprentissage et bien d’autres faiblesses.

Au Congo, le lancement officiel du rapport mondial de suivi sur l’éducation a été fait par le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua, en présence de la représentante de l’Unesco, Ana Elisa de Santana Afonso, et ses collègues des bureaux Unesco venus de la République démocratique du Congo, du Gabon et du Burundi ainsi que les membres du gouvernement.

Le rapport mondial de suivi sur l’éducation est publié chaque année par l’Unesco afin de servir la communauté internationale. Il est un outil de plaidoyer et de suivi indispensable pour assurer la prestation d’une éducation de qualité et d’un apprentissage tout au long de la vie pour tous.

L’objectif est d’éclairer les décideurs sur les différentes manières de rendre des comptes en fonction du contexte ainsi que sur les avantages et inconvénients de chaque méthode. Il permet de partager les principales recommandations qui y sont formulées et de faire connaître le rapport mondial de suivi aux acteurs de l’éducation. Cet outil vise aussi à renforcer la reddition de comptes, améliorer l’efficacité des systèmes éducatifs en Afrique centrale et à engager un dialogue régional pour identifier les options et les approches entre les partenaires.

La représentante de l’Unesco au Congo, Ana Elisa de Santana Afonso, a souligné dans son mot de circonstance l’importance du rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017-2018. « Il couvre les questions de responsabilité, transparence et examine les approches et les politiques d’obligation redditionnelle les plus couramment appliquées dans l’éducation ainsi que leur contribution potentielle aux objectifs de développement durable, qui sont d’améliorer l’accès, la qualité et l’équité de l’éducation et de l’apprentissage tout au long de la vie pour tous », a-t-elle indiqué.

Le ministre Bruno Jean Richard Itoua, dans son allocution, a rappelé les efforts de l’Unesco au Congo. Selon lui, l’organisation s’emploie à faire aboutir la mise en œuvre d’une stratégie sectorielle de l’éducation, sensibiliser et informer toutes les parties, acteurs en vue d’obtenir leur adhésion aux activités éducatives.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recrutement de stagiaires en finances par les nations unies

Avis de vacance de poste à l’Institution des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication

Directeur des études CESTI

Concours d’entrée au CESTI 2018 : Conditions d’accès